Ingenuity en sursis : les prochains mois vont être compliqués

Sylvie Montard - 17 mai 2022



 
Depuis son premier vol le 19 avril 2021, l'hélicoptère Ingenuity a dépassé toutes les espérances de la NASA, avec 28 déplacements dans l'atmosphère martienne. Le compagnon de Perseverance n'a pas connu de problèmes majeurs jusqu'au 3 mai dernier, où il a raté une session de communication prévue avec le rover, pour la première fois en plus d'un an d'opérations.
 
Ingenuity a permis d'en savoir plus sur les conditions de vol dans une atmosphère très différente de celle de la Terre. Les données de vol recueillies sont importantes pour la NASA, qui peut désormais envisager d'envoyer un engin volant plus sophistiqué et plus autonome lors de prochaines missions sur Mars. Mais les prouesses d'Ingenuity vont probablement s'achever, malgré tous les efforts de l'agence spatiale américaine.



Durant son 28ème déplacement, Ingenuity a survolé les traces de roues de Perseverance. Les images proviennent de la caméra de navigation, située dans le fuselage de l'hélicoptère et pointée directement vers le bas pour filmer le sol pendant le vol. Crédit: NASA/JPL-Caltech

Un problème d'alimentation a mis en difficulté l'hélicoptère, qui est devenu incapable de communiquer avec Perseverance. La poussière de Mars qui s'est accumulée sur les petits panneaux solaires du drone a rendu impossible la recharge totale de ses batteries. La NASA a même interrompu la mission du rover, pour rester à l'écoute d'Ingenuity.
 
Sans énergie électrique, l’ordinateur de bord et les radiateurs de l'hélicoptère se sont éteints dans la nuit. La NASA pense qu’Ingenuity est alors entré dans un état de faible consommation d’énergie à cause du manque de charge de ses six batteries lithium-ion. L'approche de l'hiver sur Mars est certainement responsable de ce désagrément. À cette période, la quantité de poussière augmente dans le ciel martien, et les températures deviennent très basses.


Les panneaux solaires d'Ingenuity se couvrent peu à peu de poussière, rendant difficile la charge de ses batteries. Crédit: NASA/JPL-Caltech

Il est malheureusement impossible de se débarrasser de cette poussière, car elle est chargée en électricité statique, et colle littéralement sur les panneaux solaires. Les vents martiens ne peuvent donc pas l'éliminer. Et balayer les panneaux solaires avec de petits pinceaux ne serait pas une meilleure solution, car la poussière sur Mars est très abrasive. Le balayage pourrait rayer et endommager les panneaux solaires.
 
Les radiateurs d'Ingenuity lui permettent de maintenir une température stable autour de ses batteries, et de prolonger leur durée de vie. Avec des simples alliages en lithium-ion, elles n'ont cependant pas été conçues pour fonctionner plus d’un an, et le froid extrême de Mars commence à les endommager. Le cerveau du drone, un processeur Snapdragon 801, souffre lui aussi beaucoup du froid, qui va s'accentuer ces prochains mois.


Positions d'Ingenuity et de Perseverance le 15 mai 2022. Environ 700 mètres séparent les deux robots. Crédit :NASA/JPL-Caltech

La connexion entre Ingenuity et Perseverance a finalement été rétablie deux jours plus tard, le 5 mai 2022. Mais l'hélicoptère reste en sursis, et devra résister aux conditions difficiles de l'hiver martien. Pour l'aider, la NASA a paramétré le déclenchement du chauffage quand la température de la batterie atteint -40°, au lieu de -15° initialement. Les radiateurs s'allumeront alors plus tardivement, afin d'économiser la charge de la batterie. Mais cette modification exposera un peu plus longtemps les composants d'Ingenuity au froid nocturne de Mars.
 

Source: marsdaily.com
 
   
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
   
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.
 
 
Une météorite martienne suggère que la planète rouge se serait formée très vite, et que l’atmosphère aurait évolué d’une manière mystérieuse.
   
 
Malgré des conditions hivernales rudes et un capteur défaillant, Ingenuity est parvenu à effectuer un déplacement supplémentaire, le 29ème, pour se rapprocher du rover Perseverance.
 
 
Le rover Perseverance gravit peu à peu le delta de l'ancienne rivière qui se jetait autrefois dans le cratère Jezero. Le 13 juin 2022, il a photographié un étrange objet coincé contre un rocher.
 
 
Avec ses paysages orange-brun s'étendant à perte de vue, Mars n'est pas réputée pour son apparence colorée. Mais certains reliefs sont néanmoins riches en couleurs selon les normes martiennes.
 
 
Cette animation interactive, composées de photos prises par Ingenuity le 20 avril 2022, permet d’explorer le lieu où la coque et le bouclier de Perseverance se sont écrasés sur le sol de Mars.
 
 
Perseverance a débuté l'exploration des roches sédimentaires de l'ancien delta du cratère Jezero. L'érosion des vents de Mars donnent parfois aux reliefs des formes insolites.
 
 
Comment choisir une roche sur Mars ? Parfois, ce n'est pas nécessaire, c'est elle qui vous choisit. Depuis 4 mois, Perseverance a un compagnon de route inattendu, installé dans l'une de ses roues.
 
 
En 15 mois d'exploration dans le cratère Jezero, le rover Perseverance a observé quotidiennement des "diables de poussière", confirmant l'activité intense de ce phénomène dans cette région.
 
 
Une nouvelle étude montre comment les futurs habitants de la planète rouge pourraient s'appuyer sur une source d'énergie solaire ou nucléaire, selon l'endroit où ils s'installent.
 
 
Les paréidolies martiennes remonte à 1877, quand les astronomes aperçoivent dans leur télescope des canaux. Internet a boosté cette tradition à trouver des formes dans les roches de Mars.