Igloo d'EPFL

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) proposent un concept d'igloo géant protégé par une couche de glace de 3 mètres d’épaisseur. De quoi se protéger de manière durable des météorites et des rayons cosmiques, qui pourraient menacer l’intégrité physique des astronautes.
Les chercheurs décrivent ici un dôme d’environ 12,5 mètres de haut pour 5 mètres de large, composé d’un espace de vie central et de trois sas menant à l’extérieur. La structure serait faite de fibre de polyéthylène, protégée par 3 mètres de glace. Mars ne disposant que d’une fine atmosphère, sa surface est de fait exposée aux radiations et aux météorites. Le tout se retrouverait au pôle Nord, où les dépôts de glace sont importants. Une matière première de choix qui pourrait permettre de produire de l’eau, de l’oxygène et de l’azote. Un séjour longue durée sur Mars implique en effet d’emmener le moins de bagages possibles.

«Les pôles peuvent poser plus de problèmes au début, mais ils sont les meilleurs emplacements à long terme, car ils abritent des ressources naturelles que nous pouvons utiliser», explique Anne-Marlene Rüede, du Space Engineering Center de l’EPFL.
Les chercheurs prévoient une structure potentiellement viable d’ici une vingtaine d’années. Côté calendrier, l’idée consisterait à envoyer des robots en reconnaissance pour monter les fondations et estimer les ressources naturelles disponibles. Si feu vert il y a, une équipe de 6 astronautes pourrait alors être envoyée sur place pendant neuf mois, au cours de l’été polaire, qui offre 288 jours de lumière continue.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.