Une IA dresse une carte au trésor pour dénicher des météorites martiennes

Sylvie Montard - 8 février 2022


Crédits : J. GATTACCECA, L.FOLCO, M.GEMELLI/PNRA
 
Les géologues du monde entier sont fascinés par l'Antarctique, car cet immense continent de glace possède un incroyable palmarès : deux tiers des météorites collectées dans le monde proviennent en effet de ce continent, et certaines d'entre elles sont d'origine martienne. Bien qu'il soit possible de trouver une météorite partout sur notre planète, l'Antarctique offre un environnement facile pour les détecter, car elles sont beaucoup plus visibles sur un sol blanc comme la neige ou la glace. De plus, les météorites y sont aussi beaucoup mieux préservées grâce au froid, mais elles s'altèrent très vite avec l’oxygène.
 
Des météorites martiennes uniques ont ainsi été découvertes en Antarctique, comme "ALH84001" en 1984. Douze ans plus tard, des scientifiques travaillant sur ce caillou de Mars pensaient y avoir détecté d'anciennes traces de vie. Il s'agissait en fait de traces chimiques interprétées comme une activité biologique. Cette découverte a cependant déclenché la recherche d’une trace de vie microbienne sur Mars, aujourd'hui toujours en cours, avec le rover Perseverance qui étudie le sol du cratère Jezero.
 
Mais la recherche d'une vie sur Mars nécessite idéalement l'utilisation sur place d'outils sophistiqués d'analyse physico-chimique. Cette opération est impossible car beaucoup trop volumineuse pour être transportée par un rover. C'est pour cette raison que la NASA a décidé de rapporter des échantillons du sol martien (prélevés justement par Perseverance) d'ici 2030. En attendant ce retour de prélèvement, les météorites martiennes pourraient aussi nous renseigner sur le passé humide de la planète rouge, et sur de potentielles traces biologiques. D'où l'intérêt d'augmenter les chances d'en trouver sur le sol glacé de l'Antarctique.



À ce stade, il est naturel de se demander comment les scientifiques font pour savoir que certaines météorites sont martiennes. L'élément déterminant fût la détection puis l’analyse des gaz piégés dans les roches fondues à l'intérieur de "EET 79001", une météorite trouvée en 1976 en Antarctique. La composition et les signatures isotopiques de ces gaz étaient en parfait accord avec les données issues des analyses faites sur l'atmosphère de Mars par les sondes Viking de la NASA. Malheureusement, nous ne disposons encore que de quelques centaines de ces météorites martiennes qui sont rares sur Terre.

 
De nombreuses météorites ont voyagé depuis le plateau de glace du pôle Sud du fait de l'écoulement de l'Inlandsis en direction de l'océan. Celui-ci joue donc à la fois le rôle de collecteur et de convoyeur. Une fois tombées, les météorites s'enfoncent dans la glace mais elles remontent lorsqu'un écoulement de cette glace bute dans une région montagneuse de sorte qu'elles émergent en surface et s'y accumulent comme le montre le schéma ci-dessous.


Crédits : The Field Museum, Ruthie A. Smith

On comprend donc tout l'intérêt d'une publication dans Science Advances d'un article faisant état de l'identification de plus de 600 lieux où la chasse aux météorites devrait être fructueuse en Antarctique. Jusqu'à présent les endroits qui se sont révélés précieux pour partir en quête de ces mémoires du système solaire, et où l'on trouve aussi parfois des roches lunaires, n'avaient été découverts que par hasard.


En rouge, les 613 sites déterminées par l'IA où devraient se concentrer des météorites. Les stations de recherche en Antarctique sont aussi indiquées. Crédit : Veronica Tollenaar

Mais une équipe de chercheurs belges et néerlandais a eu l'idée de mobiliser les ressources d'une intelligence artificielle pour analyser bien plus facilement et efficacement des images et données satellitaires de l'Antarctique. L'algorithme a donc combiné des mesures de vitesse d'écoulement de la glace, de sa température et de son épaisseur avec des données topographiques pour révéler 613 sites où devraient se trouver des concentrations de météorites avec une précision estimée à plus de 80 %. L'IA prédit également que seulement 15 % des météorites que l'on peut retrouver sur l'Inlandsis ont été collectées et qu'il en resterait environ 300000.

Source: futura-sciences.com
 
   
 
 
Une occultation de Mars par notre Lune va se produire dans la nuit du 7 au 8 décembre prochain. Ce spectacle astronomique est rarement visible en France.
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
   
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
 
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
   
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
 
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
   
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
 
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
   
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
 
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.