HiRISE - Les plus belles photos de la sonde MRO


 
Pour tenter de déceler les mystères de la planète rouge, la sonde spatiale américaine Mars Reconnaissance Orbiter se charge de cartographier minutieusement sa surface. En orbite depuis 2006, l’engin scrute et capture ainsi les moindres détails à l’aide du télescope HIRISE, capable de réaliser des clichés en haute résolution (0,3 mètre par pixel) dans trois gammes de longueur d’onde. Deux de ces bandes de couleurs appartiennent au visible et correspondent à la couleur bleu-vert, et rouge. La troisième est proche de l’infrarouge.
La réalisation d’images en fausses couleurs permet aux observateurs de repérer de manière plus claire des particularités de la surface martienne. Cette technique d’imagerie permet en effet de mettre en évidence des détails qui pourraient ne pas être aussi visibles en noir et blanc.
Les meilleures images sont disponibles sur le site www.uahirise.org, entièrement dédiée à la caméra HD de MRO. Ce site est proposé dans plusieurs langues, dont le français.
La caméra HiRISE se révèle donc comme un excellent outil pour scruter les détails de la planète rouge et mieux comprendre sa géologie. L'université d'Arizona (Etats-Unis) publie chaque mois sur un site entièrement dédié à HiRISE les plus beaux clichés de Mars.
Découvrez ci-dessous les dernières photos mises en ligne. Cliquez sur les images pour les agrandir.
 
Des miiliers de tourbillons de poussière sillonnent le sol de Mars
En août 2020, parmi plus de 700 photos prises par l'instrument HiRISE équipant la sonde spatiale MRO (Mars Reconnaissance Orbiter), certaines montrent des milliers de sillons tracés dans le sol martien par des dust devils, des tourbillons de poussière. Leurs diamètres paraissent très variables, quelques dizaines de mètres pour les plus petits et quelques kilomètres pour les plus grands. Sur la base de ces observations, la moyenne est estimée à une centaine de mètres. Ces colonnes grimpent très haut, jusqu'à 10 km, et la vitesse des vents peuvent dépasser 100 km/h.
De tels tourbillons injectent dans l'atmosphère raréfiée de Mars de grandes quantités de poussière, laquelle s'échauffe sous la lumière du soleil. Elle représente donc une importante source de chaleur pour l'atmosphère et joue un rôle significatif aussi bien dans son climat que dans sa météorologie. Bien sûr, les vents sur Mars, même durant les pires tempêtes globales, n'ont pas la force de leurs équivalents terrestres. La densité de l'atmosphère y est en effet environ 170 fois moindre. Toutefois, les grains de poussière tourbillonnants doivent se frotter les uns contre les autres, de sorte qu'ils doivent se charger par triboélectricité. Le phénomène semble se produire également dans les dunes martiennes.
 

 

Moisson estival de photos HD - 21 septembre 2020
Du 1er au 18 juillet 2020, la caméra HiRISE a récolté près de 400 nouveaux clichés en haute définition de la surface de Mars. Ces photos de toute beauté dévoilent les différents reliefs qu'il est possible d'observer sur la planète rouge: des dunes, des cratères d'impact, des plaines, des falaises... Elles ont été mises en ligne par l'Université d'Arizona en septembre 2020. Admirez dans le diaporama ci-dessous notre sélection de 20 images parmi ces fascinantes photos de paysages martiens. Vous pouvez également consulter la totalité des clichés de HiRISE sur le site dédié.


 
Florilège de dunes et bords de cratères - 5 mai 2020
Du 6 mars au 6 avril 2020, le télescope HiRISE s'est déchaîné au-dessus de la planète rouge, en collectant près de 300 photos. La plupart de ces clichés représente des dunes aux formes innombrables, mais aussi des bords de cratères glacés et escarpés. Ils ont été mis en ligne par l'Université d'Arizona le 5 mai 2020. Voici une sélection de 20 images parmi cette spectaculaire récolte de paysages martiens.




Bord d'un cratère d'impact - 15 avril 2020


La NASA étudie les lignes sombres situées au bord de ce cratère d'impact, appelées lignes de pentes récurrentes (RSL en anglais, pour Recurring Slope Lineae). Elles s'étendent vers le bas, quand l'atmosphère se réchauffe progressivement durant l'été martien. Cependant, contrairement aux RSL habituellement observés, ces lignes persistent pendant plusieurs années, subissant seulement des changements mineurs.
 
   
 

Dunes de sable dans le cratère Matara - 14 avril 2020


Les ravines dans les dunes de sable du cratère Matara sont très actives. Un grand ravin en particulier a connu des changements majeurs à chaque hiver martien depuis que HiRISE a commencé à le surveiller, déclenché par le gel saisonnier de glace sèche qui s'accumule chaque année.
 
   
 

Jeune cratère - 13 avril 2020


Cette image montre un cratère géologiquement jeune d'environ 300 mètres de diamètre, avec des éjectas rocheux. Le cratère semble très frais et escarpé, et n'est pas enterré ou rempli des dépôts lisses qui couvrent la région. Des cratères comme celui-ci révèlent ce qui se trouve dans la subsurface peu profonde et sont très précieux pour comprendre la géologie martienne.
 
   
 

(heure de Paris)
Lever de Mars: 9h12
Coucher de Mars: 1h29
Distance Terre-Mars
313,3 millions de km
 
   
 
 
Les preuves de l'activité volcanique récente sur Mars montrent que des éruptions auraient pu avoir lieu au cours des 50000 dernières années, selon un article du chercheur David Horvath.
 
 
Le rover Perseverance a utilisé l'un de ses microphones pour écouter l'hélicoptère Ingenuity le 30 avril 2021, alors qu'il volait sur Mars pour la quatrième fois.
 
 
Une nouvelle étude géochimique suggère qu'une vie microbienne ancienne pourrait encore prospérer sous la surface de la planète rouge.
   
 
Après avoir prouvé que le vol motorisé et contrôlé est possible sur Mars, Ingenuity se lance dans une nouvelle phase d'opération aérienne, pour assister les déplacements de Perseverance.
 
 
Lors de son troisième vol sur Mars le dimanche 25 avril 2021, l'hélicoptère Ingenuity a volé plus vite et plus loin que lors de tous les tests qu'il a subi sur Terre.
 
 
La Chine a nommé le samedi 24 avril 2021 son premier rover sur Mars, baptisé "Zhurong", le dieu du feu dans la mythologie chinoise.
   
 
Ce jeudi 22 avril 2021, Ingenuity réalise son deuxième décollage dans l'atmosphère de Mars. Il s'agit d'un vol un peu plus haut et plus long que le précédent.
 
 
Grâce à Perseverance et son instrument MOXIE, la science fait un pas supplémentaire vers une future exploration humaine de Mars, en convertissant le dioxyde de carbone en oxygène.
 
 
Après le succès de son premier vol, Ingenuity va tenter d'autres manoeuvres. Mais la dernière pourrait lui être fatale. La NASA souhaite tester ses limites, au risque de le voir s'écraser au sol.
 
 
Cette fois-ci, c'est la bonne ! L'hélicoptère Ingenuity tente enfin de décoller depuis la surface de Mars. La NASA diffuse en direct la réception des premières données du vol.
 
 
Alors que le premier vol du petit hélicoptère Ingenuity est imminent sur la planète Mars, la NASA travaille déjà à la conception d’un successeur plus performant.
 
 
Une anomalie s'est produite lors d'un test sur les hélices d'Ingenuity. Initialement prévu le 11 avril 2021, le premier essai de vol sur une autre planète est reporté trois jours plus tard.
 
 
Curiosity vient de prouver que le climat de Mars a connu des alternances de périodes sèches et d'autres plus humides, avant de s'assécher complètement il y a environ 3 milliards d'années.
 
 
Les scientifiques étaient dans l’attente du premier bulletin météo fourni par le rover, afin de connaître les conditions atmosphériques de la planète rouge plus en détail.
 
 
Du 4 février au 7 mars 2021, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a capturé près de 500 photos de la surface de Mars, dont des dunes aux formes variées et fascinantes.
 
 
Peu après avoir déposé Ingenuity sur Mars, Perseverance s'est photographié avec l'hélicoptère. Sur ce superbe selfie, on voit nettement la différence de taille entre les deux robots.
 
 
La NASA prévoit au plus tôt le dimanche 11 avril 2021 d'effectuer la première tentative de vol de l'hélicoptère Ingenuity sur Mars. L'agence invite le public à suivre l'évènement en direct.
 
 
Le fond du cratère présente des preuves géologiques indéniables d'anciens cours d'eau, mais sans aucune trace de canaux d'entrée extérieurs où l'eau aurait pu pénétrer dans le cratère.