Ecoutez le son du premier tir laser de Perseverance sur une roche martienne

Sylvie Montard - 11 mars 2021


L'instrument SuperCam de Perseverance. (Crédit: CNES)
 
Perseverance a inauguré son instrument SuperCam, en tirant au laser sur une cible rocheuse nommée «Yeehgo». La roche en question a également été photographiée.
 
Les images de «Yeehgo» ont été prises par le Remote Micro-Imager (RMI) de la SuperCam, le 7 mars 2021 (le 16e jour martien, ou sol). Pour être compatible avec le logiciel du rover, l'orthographe du mot «Yéigo» (qui signifie habile en Navajo, une langue apache parlée dans le sud-ouest des États-Unis et au Mexique) a été modifié. La cible rocheuse se situait à un peu plus de 3 mètres du rover. Chacune des deux images de la mosaïque montre un champ de vision de 6,2 centimètres de diamètre. Les caméras de navigation de Perseverance (NavCam) et l'instrument Mastcam-Z ont également pris des photos de cette zone pour fournir plusieurs vues de la cible rocheuse, comme le montre la version annotée de l'image.


Combinant deux images, cette mosaïque montre une vue rapprochée de la cible rocheuse nommée «Yeehgo». (Crédit: NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/CNRS/ASU/MSSS)

Développé conjointement par le Los Alamos National Laboratory (LANL) au Nouveau-Mexique et un consortium de laboratoires de recherche français au Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), l'instrument a livré des données au centre d'opérations de l'Agence spatiale française à Toulouse qui comprend le premier enregistrement audio du tir au laser.
« C'est fantastique de voir SuperCam fonctionner si bien sur Mars », a déclaré Roger Wiens, chercheur principal de l'instrument SuperCam de Perseverance. « Lorsque nous avons imaginé cet instrument pour la première fois il y a huit ans, nous craignions d'être trop ambitieux. Maintenant, il accompli parfaitement bien sa mission ».
 
« Les sons acquis sont d'une qualité remarquable », explique Naomi Murdoch, chercheuse et enseignante à l'école d'ingénieurs aérospatiaux ISAE-SUPAERO de Toulouse. « C'est incroyable de penser que nous allons faire de la science avec les premiers sons jamais enregistrés à la surface de Mars! ». Le fichier audio a fourni le son de 30 impacts,  dont certains plus forts que d'autres. Ces variations d'intensité des sons apporteront des informations sur la structure physique des cibles rocheuses (sur mobile, cliquez sur "Listen in browser").


L'équipe SuperCam a également reçu des données précises du capteur visible et infrarouge (VISIR), ainsi que de son spectromètre Raman. VISIR recueille la lumière réfléchie par le soleil pour étudier la teneur en minéraux des roches et des sédiments. Cette technique complète le spectromètre Raman, qui utilise un faisceau laser vert pour exciter les éléments chimiques dans un échantillon, fournissant à son tour un aperçu de la composition minérale d'une roche.


Vue d'artiste du tir au laser de l'instrument SuperCam (Crédit: CNES)

« C'est la première fois qu'un instrument utilise la spectroscopie Raman ailleurs que sur Terre! » a déclaré Olivier Beyssac, directeur de recherche CNRS à l'Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie à Paris. « La spectroscopie Raman va jouer un rôle crucial dans la caractérisation des minéraux afin de mieux comprendre les conditions géologiques dans lesquelles ils se sont formés et de détecter les molécules organiques et minérales potentielles qui auraient pu être formées par des organismes vivants. »

Source: nasa.gov

 
 
   
 
 



Créer un site
Créer un site