Ecoutez le premier tremblement de Mars détecté par InSight

Le sismomètre français SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure) qui équipe InSight a enregistré son premier séisme martien. Il s'est produit le 6 avril 2019, lors de la 128ème journée sur Mars de l'atterrisseur. « Jusqu'à présent, nous avons recueilli des bruits de fond, mais ce premier évènement inaugure officiellement un nouveau domaine : la sismologie martienne ! », s'est réjoui Bruce Banerdt, du JPL et chercheur principal de la mission.
L'évènement du 6 avril désigné Sol 128 apparaît en effet être le premier à provenir des entrailles de la planète rouge, à la différence de trois autres activités sismiques, de plus faible magnitude encore, enregistrées les 14 mars, 10 et 11 avril. Bien que les chercheurs n'aient pas encore réussi à déterminer leur origine exacte, ces mouvements laissent penser qu'ils aient été provoqués par le vent en surface.
Le premier tremblement de Mars était de faible intensité, comparable à un petit frémissement perdu parmi des milliers d'autres sur notre Terre, planète infiniment plus bruyante. D'ailleurs, il n'y aurait peut-être pas été détecté. Il ressemble aux petits séismes enregistrés sur la Lune par les cinq sismomètres déposés par les missions Apollo. Mais cela veut-il dire pour autant que notre voisine, planète deux fois plus petite que la nôtre, résonne d'une activité sismique plus similaire à celle de notre satellite naturel que celle de notre planète ? Il est bien sûr encore trop tôt pour se prononcer, les « écoutes » ne faisant que commencer.


Les causes de ce petit évènement peuvent être des fractures provoquées par le stress de la croûte martienne qui se contracte en se refroidissant, à l'instar de la Lune. Cependant, les chercheurs n'excluent pas non plus que la chute d'une météorite soit à l'origine de cette onde sismique. Les analyses sont toujours en cours.
En tout cas, même si ce premier séisme martien est modeste, pour les géophysiciens, qui par l'intermédiaire de ce sismométre très sensible ont enfin une oreille posée sur le sol martien, c'est déjà énorme. « C'est très excitant d'avoir enfin la preuve que Mars est toujours active sur le plan sismique » a salué Philippe Lognonné, qui dirige l'équipe Seis à l'IPGP, l'Institut de physique du globe de Paris, et qui rappelle combien l'attente était longue.


Source : futura-sciences.com
 
   
 
 



Créer un site
Créer un site