Ramener des échantillons martiens sur Terre pourrait coûter plus cher que prévu

Alors que le rover Perseverance s'apprête à atterrir sur Mars dans quelques semaines, la NASA et l'ESA préparent déjà les étapes suivantes de cet ambitieux projet qui a pour objectif de ramener des échantillons de sol martien sur Terre en vue d’analyses. Un groupe d'experts indépendants vient justement de publier un rapport afin d'évaluer le coût d'une telle mission.

 
Ce document se compose de 44 recommandations et révèle le risque probable d'une forte hausse du budget nécessaire, et d'un possible retard de la mission.
La mission de la NASA et de l'ESA se fera en plusieurs étapes, utilisant différents engins spatiaux sur une décennie. Certains évènements seront d'ailleurs totalement inédits, comme le décollage d'une fusée depuis le sol martien pour mettre en orbite des échantillons prélevés par Perseverance, et les ramener sur Terre. Le rapport se concentre ainsi sur les aspects techniques de la mission. Il mentionne par exemple le fait que les appareils oeuvrant à la surface de Mars seront alimentés en énergie solaire, et suggère qu'ils soient aussi équipés d'une pile nucléaire afin de garantir un peu plus le succès de leurs opérations.
La commission d'experts indépendants estime également que l'étape de lancement prévue en 2026 se fera plus certainement en 2028, car le risque de connaître une tempête d'ampleur mondiale sur Mars est élevée au cours de cette période.


 
L'aspect financier de la mission a donc été revu à la hausse. Le document évoque une enveloppe située entre 3,8 et 4,4 milliards de dollars, soit 30 % de plus que le budget actuel de la NASA. Dans tout les cas, David Thompson, ancien président d’Orbital ATK et premier responsable de la commission d’évaluation indépendante, estime qu’il faut maintenir et encourager ce programme, car les retombées scientifiques seront très importantes, comme l'hypothèse de découvrir une forme de vie sur une autre planète que la Terre.

 
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 10h19
Coucher de Mars: 1h51
Distance Terre-Mars
213,0 millions de km
 
   
 
Si le premier enregistrement audio jamais réalisé à la surface de Mars est à peine audible, les prochains sons enregistrés par le microphone situé sur le mât du rover seront plus intéressants.
 
 
Quatre jours après son arrivée sur le sol de Mars, dans le cratère Jezero, le rover Perseverance a capturé à 360° le décor qu'il s'apprête à explorer.
 
 
Pendant la diffusion de sa conférence de presse, la NASA a publié sur Youtube la vidéo de l'atterrissage de son rover Perseverance, qui s'est posé sur Mars le 18 février 2021.
   
 
La caméra HiRISE de la sonde MRO a capturé la formation d'un immense tourbillon de poussière, qui projette son ombre sur le sol martien. Ses vents peuvent dépasser 100 km/h.
 
 
Cette carte est composée d'une couche en niveaux de gris, créée avec des images de la sonde MRO, et d'une couche en couleurs réelles, provenant de la caméra stéréo HD de la sonde Mars Express.
 
 
Les ingénieurs de la NASA ont reçu le premier rapport de situation de l'hélicoptère Ingenuity, qui a atterri le 18 février 2021 dans le cratère Jezero, attaché sous le rover Perseverance.
   
 
Les dernières données du robot à six roues depuis son atterrissage hier incluent notamment une série d'images capturées lorsque le «jet pack» du rover l'a abaissé au sol.
 
 
La NASA va diffuser dans les jours à venir des images en couleur et surtout, chose inédite, des vidéos enregistrées pendant la descente du rover Perseverance.
 
 
Le rover Perseverance est parvenu à atterrir dans le cratère Jezero. Tout s'est déroulé comme prévu. La première image transmise par le rover montre le sol martien, ainsi que l'ombre du robot.
 
 
La NASA a dévoilé le probable trajet que le rover Perseverance devra parcourir dans le cratère Jezero, traversant plusieurs environnements anciens qui auraient pu être autrefois habitables.
 
 
Dans quelques heures, Perseverance entamera sa descente dans l'atmosphère de Mars. Suivez l'évènement en direct et tentez de gagner un tee-shirt à l'effigie du rover.
 
 
La sonde InSight fonctionne grâce à la lumière du soleil. Elle est donc dépendante de l'état de ses panneaux solaires, qui se sont couverts de poussière, limitant la production d'énergie.
 
 
L'excellente vidéo de la chaîne Techniques Spatiales décrit dans les moindres détails les étapes qui précèdent les " 7 minutes de terreur " de l'atterrissage du rover.
 
 
La sonde robotique chinoise Tianwen-1 est entrée en orbite martienne le 10 février après un long voyage interplanétaire, devenant le premier vaisseau spatial chinois à atteindre Mars.
 
 
Du chlorure d’hydrogène a été découvert par l’orbiteur ExoMars dans l’atmosphère de Mars. Plusieurs hypothèses sont évoquées pour expliquer cette réaction chimique.
 
 
Le bouclier thermique protégeant la capsule qui ramènera des échantillons de roche martienne sur Terre vient de La-Croix-Aux-Mines, un village de 500 habitants dans les Vosges.
 
 
C'est le premier pays arabe à atteindre la planète rouge. "Hope" a réalisé une manœuvre consistant à passer de 121000 km/h à environ 18000 km/h pour être tirée par la gravité de Mars.
 
 
L’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) a annoncé une liste de dix noms pour son rover martien, qui font référence à des figures mythologiques, ou à des animaux légendaires.