Donald Trump se montre décidément pressé au sujet de Mars

Le projet Artemis qui débutera l’an prochain a pour objectif d’effectuer un retour sur la Lune en y posant des astronautes. Le calendrier semble bien établi, la capsule Orion de Lockheed Martin est finalisée mais le lanceur lourd SLS accuse un retard dans sa construction. Quant à l’alunisseur, celui-ci vient de faire l’objet d’un appel d’offre à destination des acteurs de l’aérospatial. Néanmoins, la Lune n’est qu’une étape avant une première expédition humaine vers Mars. Ce voyage très attendu devrait se dérouler en 2033 pour une durée de 6 mois.
À la veille du 50e anniversaire du premier pas de la mission Apollo 11, Donald Trump a reçu Buzz Aldrin et Michael Collins. « Nous ne savons pas ce que nous allons trouver sur Mars, mais ce sera certainement un voyage très intéressant. La NASA affirme que pour aller sur Mars, il faut se rendre sur la Lune. Y a-t-il un moyen d’aller directement sur Mars sans passer sur la Lune ? », a demandé le président Trump.
« Avec tout l’argent que nous dépensons, la NASA ne devrait pas parler d’aller sur la Lune, nous l’avons fait il y a 50 ans. Ils devraient se concentrer sur des choses beaucoup plus importantes que nous faisons, y compris Mars », avait déjà commenté le président Trump sur Twitter en juin 2019.
Les défis concernant Mars sont de taille. Comme évoqué plus haut, la construction du lanceur lourd SLS accuse du retard. Or, cette fusée doit également assurer la prochaine mission vers Mars après celle visant la Lune ! Par ailleurs, la santé des humains qui se rendront sur Mars est également à l’ordre du jour. L’an dernier, la NASA avait dressé une liste de grandes familles de dangers auxquels les astronautes devront faire face durant leur périple. Évoquons les radiations cosmiques, l’isolation et le confinement, la sensation d’éloignement par rapport à la Terre, les champs de gravité et leur absence ainsi que les environnements hostiles.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.