Des pierres qui roulent ont sculpté des sillons sur Phobos

Dans les années 70, James Head proposait que les étranges sillons observés sur Phobos, une des deux lunes orbitant autour de la planète Mars, se sont formés par l'action de gros blocs de pierre roulant sur de longues distances à la surface du satellite. A l'époque, les rainures venaient d'être révélées par les missions Mariner et Viking de la NASA et les scientifiques avaient du mal à expliquer la présence de ce trait caractéristique de Phobos. Certains y voyaient des signes de la future dislocation de l'astre, d'autres des débris projetés depuis Mars qui n'est qu'à 6000 km de distance et enfin, les derniers liaient leur existence à celle du cratère Stickney, une immense dépression de neuf kilomètres de diamètre sur cette petite lune qui elle ne dépasse pas 27 km dans sa plus grande largeur (formée lors de l'impact d'un astéroïde ou d'une comète d'au moins 250 mètres de diamètre).
James Head lui n'a pas renoncé à son idée initiale. Il a récemment mené une modélisation informatique en utilisant simplement un ordinateur et en rentrant les données relatives à Phobos et à l'impact à l'origine du cratère Stickney. Ce qu'il ne considérait que comme une expérience amusante a en fait donné des résultats surprenants dans le sens où les motifs obtenus par J. Head, sous la direction de Ken Ramsley à l'université Brown, collent presque parfaitement aux observations de Phobos.

Pour les deux hommes, il ne fait plus de doute que l'hypothèse "des pierres qui roulent" doit revenir sur le devant de la scène. Selon eux, lors de l'impact qui a formé le cratère Stickney, des éjectats de gros blocs rocheux ont été projetés et en raison de la faible gravité de Phobos et de sa petite taille, les pierres ont roulé sans s'arrêter sur plusieurs kilomètres, rebondissant parfois. Et certaines ont même pu faire le tour de l'astre pour revenir au point de départ ce qui expliquerait que certains sillons se superposent et qu'il existe des traces à l'intérieur même du cratère.
Enfin, en poussant leur modèle encore plus loin, ils expliquent aussi pourquoi une certaine zone de Phobos ne présente pas de rainures : les pierres ont tout simplement sauté, comme sur un tremplin, sur une aspérité pour éviter cette région de plus basse altitude. Pour les scientifiques, la presque totalité des sillons de Phobos peuvent s'expliquer par cette théorie des pierres qui roulent. Reste à savoir si leurs explications tiendront face aux tenants de la théorie de la dislocation pour qui les sillons sont les premiers symptômes de la désagrégation de cette lune. Car le devenir de Phobos est scellé : la lune devrait se briser d'ici 20 à 50 millions d'années. Les plus gros morceaux iront s'écraser sur Mars en formant de nouveaux cratères mais les plus petits et la poussière devraient rester en suspension, en orbite et rapidement se répartir tout autour de Mars pour former un anneau autour de la planète rouge.

Source : sciencesetavenir.fr
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 6h49
Coucher de Mars: 15h49
Distance Terre-Mars
367,8 millions de km
 
   
 
 
À l’occasion de la Biennale des Arts Numériques 2021, l’artiste Luke Jerram a installé à Paris une reproduction géante de Mars au sein de la verrière 104, dans le 19ème arrondissement.
 
 
Avec ce 17ème vol, Ingenuity va poursuivre son voyage de retour vers Wright Brothers Field sur le site d'atterrissage d'Octavia E. Butler, au plus tôt le 5 décembre 2021.
 
 
La sonde européenne Mars Express et le rover chinois Zhurong ont réussi une série de tests de communications, bien que les systèmes radio de leurs instruments ne soient pas totalement compatibles.
   
 
Quelle est la position de chaque sonde et rover de la NASA sur Mars? Une modélisation de l'agence américaine permet de suivre en temps réel toutes les missions en cours sur la planète rouge.
 
 
Des chercheurs sont capables de décrire les deux cents premiers mètres de la croûte martienne en traçant les réverbérations du bruit du vent sur les couches de sol et de roches.
 
 
Le 23 novembre 2021, la NASA a publié une image remarquable prise par Curiosity sur le flanc du mont Sharp. Stupéfaits par sa beauté, les scientifiques de la mission l'ont diffusé sur leur site.
   
 
Six personnes reproduisant sur Terre les conditions de longue mission dans l'espace, ont vécu coupés du monde dans une « station martienne », dans le désert du Néguev, en Israël.
 
 
Pourquoi avoir creusé deux fois dans la même roche ? Le sujet semble en tout cas avoir un intérêt scientifique, pour que l’astromobile réalise deux forages dans la même cible.
 
 
La NASA a publié le 18 novembre 2021 une nouvelle vidéo montrant le décollage du drone martien Ingenuity lors de son 13ème vol effectué le 4 septembre 2021.
 
 
Le rover Perseverance a annoncé avoir creusé une partie d'une roche martienne. L'opération va permettre de savoir ce qu'il se cache à l'intérieur du sol de la planète.