Découverte d'un récent dépôt volcanique explosif sur Mars

Sylvie Montard - 10 mai 2021


Crédits: NASA / JPL / MSSS / The Murray Lab
 
Les preuves de l'activité volcanique récente sur Mars montrent que des éruptions auraient pu avoir lieu au cours des 50000 dernières années, selon un article du chercheur David Horvath, publié dans le Planetary Science Institute.
 
La majeure partie du volcanisme sur la planète rouge s'est produite il y a 3 à 4 milliards d'années, avec des éruptions de moindres ampleurs dans des endroits isolés, se poursuivant il y a 3 millions d'années. Mais, jusqu'à présent, il n'y avait aucune preuve indiquant si Mars pouvait encore être volcaniquement actif.


Image prise par la sonde Mars Express le 27 janvier 2018. Elle montre une vue oblique d'une fissure constituant le système Cerberus Fossae. Ces fractures traversent des collines et des cratères, indiquant leur relative jeunesse. Crédits: ESA/DLR/FU Berlin.

En utilisant des données de satellites en orbite autour de Mars, l'équipe de recherche a trouvé des preuves d'une éruption dans une région appelée Elysium Planitia qui serait la plus jeune éruption volcanique connue sur Mars, selon Horvath, auteur principal de l'étude intitulée "Preuve d'un volcanisme explosif géologiquement récent à Elysium Planitia".
 
« Il s'agit d'un dépôt sombre mystérieux, couvrant une zone légèrement plus grande que la ville de Washington DC. Elle a une inertie thermique élevée, comprend un matériau riche en pyroxène à haute teneur en calcium, et est distribuée symétriquement autour d'une fissure de Cerberus Fossae, dans Elysium Planitia. Cette caractéristique est similaire aux taches sombres sur la Lune et Mercure », affirme Horvath.  « C'est peut-être le plus jeune gisement volcanique jamais documenté sur Mars. Si nous devions compresser l'histoire géologique de Mars en une seule journée, cela se serait produit dans la toute dernière seconde. »


Carte du système Cerberus Fossae, montrant deux principales lignes de failles parallèles.

Les traces du volcanisme dans la région d'Elysium Planitia et ailleurs sur Mars ont souvent l'aspect de coulées de lave figées à la surface, bien qu'il existe aussi de nombreux exemples de volcanisme explosif. Cependant, le dépôt étudié semble différent. Cette éruption aurait pu cracher des cendres jusqu'à 10 kilomètres dans l'atmosphère martienne.
« Cette caractéristique recouvre les coulées de lave environnantes et semble être un dépôt relativement frais de cendres et de roches, représentant un style et une période d'éruption différents de ceux des caractéristiques pyroclastiques précédemment identifiées », ajoute Horvath.

 
Elysium Planitia abrite l'un des plus jeunes volcanismes de Mars, datant d'il y a environ 3 millions d'années, cette découverte n'est donc pas une surprise. Il est possible que ces types de dépôts furent plus courants mais indétectables car érodés ou enfouis.
Le site de cette récente éruption se trouve à environ 1600 kilomètres de l'atterrisseur InSight de la NASA, qui étudie l'activité tectonique sur Mars depuis 2018. Deux tremblements de terre ont été localisés dans la région autour du Cerberus Fossae et des travaux récents ont suggéré la possibilité que ceux-ci pourraient être dus au mouvement du magma en profondeur.



Emplacement de la sonde InSIght, proche de la région d'Elysia Planitia. Crédits: NASA/USGS/MOLA.

« Le jeune âge de ce gisement soulève la possibilité qu'il pourrait encore y avoir une activité volcanique sur Mars. Il est intriguant que les récents tremblements de terre détectés par la mission InSight proviennent de la région Cerberus Fossae. Cependant, la présence d'un magma proche de la surface de Mars mais sans coulées de lave associées est difficilement envisageable. Une source magmatique plus profonde a probablement été nécessaire pour créer cette éruption », explique Horvath.
 
Un dépôt volcanique comme celui-ci soulève également la possibilité de conditions habitables sur Mars .L'interaction du magma et du substrat glacé de cette région aurait pu fournir des conditions favorables à la vie microbienne assez récemment et soulève la possibilité d'une vie existante dans cette région.
Les travaux d'Horvath sur la recherche ont eu lieu alors qu'il était chercheur postdoctoral au laboratoire lunaire et planétaire de l'Université de l'Arizona. Il est maintenant chercheur scientifique à l'Institut des sciences planétaires.


Source: marsdaily.com
 
   
 
 



Créer un site
Créer un site