Découverte d'anciens glaciers âgés de 3,6 milliards d'années

Une récente étude a permis de mettre en évidence pour la première fois des vallées glaciaires et de cirques glaciaires datés de 3,6 milliards d'années sur Mars. Une approche morphométrique comparative entre la Terre et Mars a été utilisée afin de caractériser l'origine des vallées anciennes. Définir l'agent érosif de ces vallées (glace ou eau liquide) permet de mieux comprendre le climat primitif, très controversé, de la planète Mars. Ces paysages glaciaires anciens sont similaires aux paysages glaciaires sur Terre. Ils ont pu être identifiés et préservés jusqu'à aujourd'hui par la forte emprunte morphologique qu'ils laissent dans le paysage martien.
Le climat primitif martien est aujourd'hui l'une des questions scientifiques de la communauté martienne la plus sujette à débat. D'un côté, la vision la plus acceptée, celle d'un Mars primitif chaud et humide, mis en avant par la géologie hydratée et les morphologies fluviatiles, et de l'autre côté, le scénario d'un Mars primitif glacé et sec mis en avant par des modèles climatiques qui prédisent, avec les conditions atmosphérique de l'époque, un dépôt de glace à haute altitude (> 1000 m). Néanmoins cette vision est très souvent remise en question car aucun marqueurs géomorphologiques de ce supposé climat froid n'a été identifié jusqu'à ce jour.
C'est dans ce contexte que les géomorphologues Axel Bouquety, Antoine Séjourné, François Costard et Sylvain Bouley, du laboratoire Géosciences Paris Sud, et Denis Mercier, de l'université de la Sorbonne, ont étudié les vallées présentes dans la région de Terra Sabaea dans l'hémisphère austral de Mars. Comprendre l'origine de ses vallées, à savoir une origine fluviatile ou glaciaire, permet de mieux comprendre le climat primitif de la planète Mars.
C'est à partir d'une approche morphométrique innovante couplant les images de la camera HRSC de la sonde Mars Express de l'ESA et les données topographiques qu'il a été possible de mettre en évidence la présence de morphologies glaciaires anciennes sur les hauts plateaux de l'hémisphère sud de Mars.
En effet, les vallées martiennes étudiées présentent des caractéristiques morphométriques similaires aux vallées glaciaires alpines terrestres et sont différentes des vallées fluviatiles terrestres et martiennes. L'image ci-dessous montre la comparaison entre un paysage glaciaire terrestre d'Islande (à droite) avec un paysage glaciaire martien ancien (à gauche).

De plus, ces vallées glaciaires martiennes sont souvent surmontées par une tête de vallée, en forme d'amphithéâtre, qui présente des caractéristiques morphométriques très similaires aux cirques glaciaires terrestres. Les résultats de cette étude démontrent pour la première fois, la présence d'un paysage glaciaire composé de vallées glaciaires associés à des cirques glaciaires daté d'il y a 3,6 milliards d'années.
Les auteurs suggèrent un climat froid aux hautes altitudes (> 1500 m) où de la glace a pu être stable et s'accumuler afin de former des glaciers qui ont façonné les paysages glaciaires observés dans cette étude, et un climat plus tempéré à des altitudes plus basses (< 1500 m) où de l'eau liquide a pu être stable pour façonner les vallées ramifiés fluviatiles bien connue sur Mars. Sur Terre, il est fréquent de retrouver des endroits où la glace est stable à haute altitude mais instable à basse altitude pour former de l'eau liquide. La découverte de formations glaciaires dans l'hémisphère sud de Mars appuie la thèse d'un climat primitif froid permettant à des glaciers d'exister à la surface de Mars il y a 3,6 milliards d'années.


Source : techno-science.net
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.