Découverte d'anciens glaciers âgés de 3,6 milliards d'années

Une récente étude a permis de mettre en évidence pour la première fois des vallées glaciaires et de cirques glaciaires datés de 3,6 milliards d'années sur Mars. Une approche morphométrique comparative entre la Terre et Mars a été utilisée afin de caractériser l'origine des vallées anciennes. Définir l'agent érosif de ces vallées (glace ou eau liquide) permet de mieux comprendre le climat primitif, très controversé, de la planète Mars. Ces paysages glaciaires anciens sont similaires aux paysages glaciaires sur Terre. Ils ont pu être identifiés et préservés jusqu'à aujourd'hui par la forte emprunte morphologique qu'ils laissent dans le paysage martien.
Le climat primitif martien est aujourd'hui l'une des questions scientifiques de la communauté martienne la plus sujette à débat. D'un côté, la vision la plus acceptée, celle d'un Mars primitif chaud et humide, mis en avant par la géologie hydratée et les morphologies fluviatiles, et de l'autre côté, le scénario d'un Mars primitif glacé et sec mis en avant par des modèles climatiques qui prédisent, avec les conditions atmosphérique de l'époque, un dépôt de glace à haute altitude (> 1000 m). Néanmoins cette vision est très souvent remise en question car aucun marqueurs géomorphologiques de ce supposé climat froid n'a été identifié jusqu'à ce jour.
C'est dans ce contexte que les géomorphologues Axel Bouquety, Antoine Séjourné, François Costard et Sylvain Bouley, du laboratoire Géosciences Paris Sud, et Denis Mercier, de l'université de la Sorbonne, ont étudié les vallées présentes dans la région de Terra Sabaea dans l'hémisphère austral de Mars. Comprendre l'origine de ses vallées, à savoir une origine fluviatile ou glaciaire, permet de mieux comprendre le climat primitif de la planète Mars.
C'est à partir d'une approche morphométrique innovante couplant les images de la camera HRSC de la sonde Mars Express de l'ESA et les données topographiques qu'il a été possible de mettre en évidence la présence de morphologies glaciaires anciennes sur les hauts plateaux de l'hémisphère sud de Mars.
En effet, les vallées martiennes étudiées présentent des caractéristiques morphométriques similaires aux vallées glaciaires alpines terrestres et sont différentes des vallées fluviatiles terrestres et martiennes. L'image ci-dessous montre la comparaison entre un paysage glaciaire terrestre d'Islande (à droite) avec un paysage glaciaire martien ancien (à gauche).

De plus, ces vallées glaciaires martiennes sont souvent surmontées par une tête de vallée, en forme d'amphithéâtre, qui présente des caractéristiques morphométriques très similaires aux cirques glaciaires terrestres. Les résultats de cette étude démontrent pour la première fois, la présence d'un paysage glaciaire composé de vallées glaciaires associés à des cirques glaciaires daté d'il y a 3,6 milliards d'années.
Les auteurs suggèrent un climat froid aux hautes altitudes (> 1500 m) où de la glace a pu être stable et s'accumuler afin de former des glaciers qui ont façonné les paysages glaciaires observés dans cette étude, et un climat plus tempéré à des altitudes plus basses (< 1500 m) où de l'eau liquide a pu être stable pour façonner les vallées ramifiés fluviatiles bien connue sur Mars. Sur Terre, il est fréquent de retrouver des endroits où la glace est stable à haute altitude mais instable à basse altitude pour former de l'eau liquide. La découverte de formations glaciaires dans l'hémisphère sud de Mars appuie la thèse d'un climat primitif froid permettant à des glaciers d'exister à la surface de Mars il y a 3,6 milliards d'années.


Source : techno-science.net
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.