Curiosity va recevoir un joli cadeau pour son dixième anniversaire sur Mars

Sylvie Montard - 20 août 2022


Crédits : NASA/JPL-Caltech

 
Le rover Curiosity vient de souffler sa dixième bougie sur la planète Mars. Et pour l'occasion, il s'apprête à recevoir un joli cadeau : la capacité de se déplacer deux fois plus vite, grâce à une mise à jour logicielle qui a bien failli ne jamais exister.
 
Prévue depuis quelques années, cette mise à jour a pris beaucoup de retard à cause d'un bug très fâcheux, détecté en 2015 lors d'un test sur Terre sur un rover jumeau de Curiosity. Les chercheurs ne sont pas parvenus à reproduire le code dans les simulations et ont dû travailler sur une nouvelle version plus aboutie jusqu'en 2019.


Crédits : NASA/JPL-Caltech

Les essais de cette nouvelle version ont ensuite duré trois ans, pour ne laisser passer aucune erreur de calcul. Il faudra encore attendre quelques mois pour savoir si ce long travail sera couronné de succès. La mise à jour devrait être déployée début 2023.
 
Aucune modification ne sera apportée au moteur qui ne gagnera pas en puissance, et sa vitesse maximale restera la même. Ce qui change, c'est le système de navigation, l'un des systèmes les plus importants pour un appareil se trouvant sur une autre planète. Les signaux radio mettent entre 4 et 24 minutes pour parcourir la distance entre la Terre et Mars, ce qui empêche tout pilotage en direct. Le rover doit donc être capable de se déplacer de manière autonome.


Crédits : NASA/JPL-Caltech

Le principal souci est de s'assurer qu'il se trouve bien à l'endroit prévu. Il ne suffit pas de le programmer pour qu'il roule pendant un temps donné à une vitesse donnée, puis de calculer son nouvel emplacement. Ce n'est pas parce que les roues ont tourné que l'appareil a avancé. Il arrive fréquemment qu'elles glissent dans le sable martien, faussant les calculs. En cas d'erreur, Curiosity ne peut pas avoir recours à une constellation de satellites GPS pour s'orienter comme c'est le cas sur Terre.
 
Le rover utilise une technique appelée odométrie visuelle, qui consiste à prendre des photos de son environnement avant d'avancer sur une courte distance. Ensuite, l'appareil s'arrête, prend de nouvelles photos, les compare aux premières et calcule le déplacement effectif. Il peut ainsi immédiatement corriger toute erreur de positionnement. Toutefois, cette méthode est assez lente puisque l'appareil est fréquemment immobilisé.


Les traces laissées par les roues de Curiosity contiennent les lettres JPL (pour Jet Propulsion Laboratory) en code Morse. Il permet à l’odométrie visuelle de mieux se repérer en l’absence d’éléments identifiables dans son environnement. Crédits: NASA/JPL-Caltech

La mise à jour qui sera envoyée au rover lui permettra d'étudier les photos pendant qu'il avance. Ainsi, il analysera les images de la première section d'un déplacement en effectuant le second. C'est un peu moins précis, mais il gagnera beaucoup de temps. Sa vitesse maximale est de 120 mètres par heure mais, avec le mode d'odométrie visuelle actuel, il ne peut parcourir que 45?mètres en une heure. Avec la mise à jour, les scientifiques espèrent qu'il pourra atteindre 83,2 mètres par heure.
 
« Étant donné que la vitesse de déplacement devrait être 50 % plus rapide en moyenne, cela laissera plus de puissance et de temps disponibles pour les observations scientifiques, explique Marc Maimone, un des membres de l'équipe de la NASA qui pilote le rover. Un autre avantage est qu'au fur et à mesure que notre mission se poursuit dans sa deuxième décennie, les niveaux d'énergie diminueront lentement et ce nouveau code nous permettra de conduire tout aussi sûrement, même si la recharge des batteries prendra plus de temps ».


Source: futura-sciences.com
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.