Curiosity détecte du Carbone 12, peut-être d'origine biologique

Sylvie Montard - 21 janvier 2022


Crédit : NASA
 
Dans le cadre d’une nouvelle étude publiée le 18 janvier 2022 dans les Actes de l’Académie nationale des sciences, une équipe rapporte les résultats d’examen de deux douzaines d’échantillons de roche en poudre collectés par le rover Curiosity en divers endroits entre août 2012 et juillet 2021.
 
Après les avoir prélevés, Curiosity avait introduit ces matériaux dans son instrument SAM, capable d’identifier et de caractériser les matières organiques, des molécules contenant du carbone qui sont les éléments constitutifs de la vie sur Terre. Après analyses, les scientifiques ont découvert que près de la moitié de ces échantillons étaient enrichis en carbone 12, dont le noyau atomique compte six protons et six neutrons.
 
Ces échantillons provenaient de cinq endroits différents, tous proposant des surfaces très anciennes ayant été préservées au fil des éons (temps géologiques). Cette découverte est importante, car sur Terre, les organismes utilisent préférentiellement le carbone 12 pour leurs processus métaboliques. Nous pourrions donc interpréter l’enrichissement en cet isotope dans les échantillons prélevés comme un signal de chimie biotique (relative au vivant). Toutefois, Mars est très différent de notre monde et ses cycles du carbone sont encore largement incompris. Il est donc encore trop tôt pour tirer des conclusions hâtives.

Les chercheurs proposent trois explications possibles à cette intrigante découverte. L’une d’elles implique des microbes produisant du méthane. Ce méthane aurait ensuite été converti en molécules organiques plus complexes après avoir interagi avec la lumière ultraviolette (UV) qui baigne la planète rouge. Ces matières organiques, plus grosses, seraient ensuite retombées au sol avant d’intégrer les roches échantillonnées par Curiosity.


Crédit : NASA

Toutefois, des réactions similaires impliquant la lumière UV et le dioxyde de carbone non biologique, le gaz le plus abondant dans l’atmosphère martienne, auraient également pu générer le même résultat. Enfin, il est également possible que notre système solaire ait dérivé à travers un nuage moléculaire riche en carbone 12 il y a plusieurs milliards d’années.

« Les trois explications correspondent aux données » , résume Christopher House, de l’Université d’État de Pennsylvanie. « Nous avons simplement besoin de plus de données pour les confirmer ou les écarter. » Curiosity n’est pas équipé spécifiquement pour identifier formellement un signe de vie. De meilleures données seront probablement collectées par son frère Perseverance. Ce dernier évolue en effet à l’intérieur d’un autre cratère susceptible d’avoir abrité de l’eau en abondance il y a plusieurs milliards d’années. Plusieurs dizaines d’échantillons prélevés par le rover seront également rapportés sur Terre pour analyse au début des années 2030.


Source: sciencepost.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.