Curiosity a franchi le cap des 2000 jours martiens

Sur Mars les jours sont un peu plus longs que sur Terre, de 39 minutes et 35 secondes précisément. Ainsi l'astromobile Curiosity a fêté ces 2000 jours terrestres sur la planète rouge en janvier 2018 mais c'est seulement le 22 mars de cette même année qu'il a franchi le cap des 2000 jours martiens, Sol 2000 comme l'appellent les astronomes. Plus de cinq ans après son arrivée, il est toujours opérationnel même s'il rencontre de temps à autre quelques petits soucis techniques et que certaines pièces souffrent d'usure. Après s'être posé à l'intérieur du cratère Gale, le rover a commencé l'exploration de son environnement et s'est tout particulièrement concentré sur les pentes du mont Sharp. Ce relief culmine à 5500 mètres d'altitude, au centre du cratère. Celui qu'on appelle aussi Aeolis Mons est un objectif important pour Curiosity. L'engin en a commencé l'ascension et désormais l'objectif des ingénieurs, qui veillent sur lui nuit et jour depuis la Terre, est de l'amener le plus haut possible afin qu'il puisse photographier les bords du cratère d'un point de vue plus élevé.
A Sol 2000, Curiosity avait roulé 18,47 kilomètres sur le sol martien. Depuis quelques semaines, Curiosity s'est installé sur une crête appelée Vera Rubin Ridge (en hommage à l'astrophysicienne Vera Rubin) qui est surélevée par rapport au sol du cratère. Il se dirige désormais vers une zone riche en minéraux argileux qui a été repérée grâce à des photos satellites. La formation de minéraux argileux nécessite de l'eau. Les scientifiques ont déjà déterminé que les couches inférieures du mont Sharp se sont formées dans les lacs qui couvraient autrefois le plancher du cratère Gale. La zone à analyser pourrait permettre de mieux appréhender le cycle de l'eau dans le lointain passé martien, il y a 3,5 milliards d'années environ.
Pour ce faire, il faudra que Curiosity réussisse à forer dans cette zone et à y prélever des échantillons. Or depuis 2016, la foreuse du rover est en panne mais grâce au jumeau de Curiosity sur Terre, les techniciens ont pu tester de nouvelles façon de creuser en laissant la foreuse immobile et en faisant tournoyer le bras mécanique qui la porte. C'est ainsi que le 26 février dernier, le rover a réussi à creuser pour la première fois depuis plus d'un an un petit trou d'un centimètre de profondeur dans une zone dénommée Ocardie Lake (photo ci-dessous).

Une profondeur insuffisante pour prélever des échantillons mais un premier essai encourageant. Reste maintenant à résoudre un autre délicat problème, celui du recueil de ses échantillons. En effet, suite à la panne de la foreuse, le mécanisme qui tamise les débris et distribue la poudre de roche aux instruments du robot est également hors-service. Une nouvelle technique de distribution des échantillons a donc aussi été mise au point. Elle consiste à secouer la mèche de la foreuse au-dessus des instruments jusqu'à ce que suffisamment de poussière y retombe. Là aussi ce "système D" a bien fonctionné sur Terre mais la pression atmosphérique et la gravité étant différentes sur Mars, il n'est pas certain qu'un volume suffisant d'échantillons puisse ainsi y être collecté. Des essais sont programmés pour les prochaines semaines afin de savoir si cette méthode sera efficace sur la planète rouge.


Source : sciencesetavenir.fr
 
   
 



Créer un site
Créer un site