Curiosity a découvert sur Mars un élément essentiel à la vie

Sylvie Montard - 3 juillet 2022


Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS

 
L'incroyable longévité de Curiosity sur Mars (bientôt 10 ans de présence) continue de faire des découvertes intéressantes. L'équipe du rover a récemment détecté un ingrédient indispensable à la vie dans plusieurs échantillons prélevés par le robot dans le cratère Gale.
 
Cet élément de base à la vie telle que nous la connaissons est le carbone organique. Il s'agit d'un carbone lié à un atome d’hydrogène. C’est l’élément de base des molécules organiques créées et utilisées par toutes les formes de vie connues. Le carbone organique peut cependant provenir de sources qui ne sont pas vivantes comme les éruptions volcaniques ou encore les météorites.


Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS

D’après les scientifiques, des études antérieures avaient déjà détecté du carbone organique en petite quantité dans des échantillons de roches martiennes. Mais les nouvelles mesures permettent d’en savoir plus sur la quantité totale de carbone dans les composés organiques.
 
Mars est aujourd’hui hostile à la vie, mais il y a certaines preuves qui suggèrent que la planète était assez semblable à la Terre il y a de cela des milliards d’années, avec une atmosphère plus épaisse et de l’eau liquide. Le rover Curiosity a prélevé les échantillons dans des roches argileuses datant d’il y a 3,5 milliards d’années, et qui se trouvent dans un ancien lac. Les scientifiques pensent que le sédiment a été formé par l’altération physique et chimique des roches volcaniques avant de se déposer au fond du lac.


Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Les échantillons ont été analysés par Curiosity à l’aide de son instrument SAM ou Sample Analysis at Mars. Ce dernier utilise de l’oxygène et une température élevée pour convertir le carbone organique dans les échantillons en dioxyde de carbone. La quantité de dioxyde de carbone formée permet de déduire la quantité de carbone organique dans le prélèvement et donne le rapport isotopique exact. Cela permet aux chercheurs de connaitre la source du carbone.
 
Selon Jennifer Stern, scientifique au Goddard Space Flight Center de la NASA et premier auteur de l’étude, ils ont découvert au moins 200 à 273 parties par million de carbone organique. C’est un peu plus que la quantité trouvée dans les roches des zones très peu habitées de la Terre comme le désert de l’Atacama en Amérique du Sud. Cette quantité est aussi supérieure à ce qu’on a trouvé dans les météorites martiennes.


Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Stern a ajouté que dans le cas des échantillons analysés par Curiosity, la composition isotopique peut seulement indiquer quelle part du carbone total est organique, et quelle part est minérale. Les isotopes ne peuvent pas être utilisés pour confirmer l’origine biologique parce que la gamme chevauche le carbone volcanique et la matière organique provenant des météorites. Ces derniers sont les plus susceptibles d’être la source de ce carbone organique.
 
Cependant, les scientifiques ont également identifié d’autres signes indiquant que le cratère Gale a pu autrefois abriter la vie. Il y a par exemple la présence de sources d’énergie chimiques et des éléments chimiques comme l’azote, l’oxygène et le soufre. On y a aussi mesuré des niveaux d’acidité peu élevés.


Source: mars.nasa.gov
 
   
 
 
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.