Cette crête sinueuse martienne était autrefois un cours d'eau

Sylvie Montard - 21 mars 2021


Credits: NASA/JPL/University of Arizona
 
La sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) est en activité autour de la planète rouge depuis 2006. Après 15 années de bons et loyaux services, elle continue de capturer des images fascinantes de la surface de Mars.
 
Le 31 janvier 2021, la sonde MRO s'est intéressée à des reliefs sinueux situés dans la région d'Elysia Planitia, photographiés à 272 kilomètres d'altitude, et situés à quelques centaines de kilomètres au nord du Cratère Gale, là où évolue le rover Curiosity.


Credits: NASA/JPL/University of Arizona

Ces crêtes minces serpentent dans les plaines d'Elysia Planitia, dans plusieurs directions. Bien que les reliefs de ces formations soient surélevés, il s'agissait autrefois de rivières qui creusaient la surface de Mars. L'image a été mise en ligne le 18 mars 2021 par l'Université de l'Arizona, chargée de traiter les photos de la sonde MRO.
 
L'écoulement de l'eau dans le lit d'une rivière peut engendrer différents phénomènes, comme le tri des grains de sables et des pierres. Certains minéraux se déposent et cimentent les grains ensemble, tandis que les matériaux plus meubles sont emportés et dissous par le cours d'eau.


Credits: NASA/JPL/University of Arizona

L'eau liquide a cessé de couler depuis longtemps sur Mars. Une partie s'est évaporée dans l'atmosphère de Mars quand celle-ci n'était plus protégée par son champ magnétique, et une autre partie est restée emprisonnée dans le sol de Mars. Quand le cours d'eau s'est asséché, les matériaux cimentés ont résisté à l'érosion.
 
Pendant des millions d'années, le vent a progressivement éliminé le matériau d'origine du terrain environnant, épargnant ceux de l'emplacement de l'ancien cours d'eau.
L'analyse des caractéristiques de ces crêtes sinueuses peuvent révéler des indices sur la quantité d'eau qui s'écoulait autrefois, ainsi que sur sa vitesse.

 
Source: uahirise.org
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.