La conjonction solaire de Mars stoppe les communications avec la Terre

Les communications quotidiennes entre les antennes ici sur Terre et celles embarquées sur les sondes de la planète Mars sont sur le point d'être interrompues, pendant quelques jours. En effet, Mars et la Terre se trouveront sur les côtés opposés du Soleil, une période connue sous le nom de conjonction solaire de Mars, un phénomène qui se produit tous les deux ans. Et cette année, elle aura lieu du 28 août au 7 septembre 2019.
Le Soleil expulse des gaz chauds ionisés qui peuvent s’étendre très loin dans l’espace. Pendant la conjonction solaire, ce gaz peut interférer avec les signaux radio lorsque les ingénieurs tentent de communiquer avec un satellite ou un rover installé sur Mars, altérant leur commande et pouvant entraîner un comportement inattendu, voire dangereux. Par sécurité, les ingénieurs s'abstiennent donc d'envoyer des commandes lorsque Mars disparaît derrière la couronne solaire.
Les ingénieurs de la NASA et de l'ESA préparent leurs sondes depuis des mois pour affronter cette conjonction solaire. Les sondes martiennes collecteront toujours des données scientifiques sur Mars, et tenteront parfois de les envoyer sur Terre, mais les scientifiques n'enverront aucune commande, de peur qu'elles ne soient corrompues. Bien que certains instruments à bord des engins spatiaux (en particulier les caméras générant de grandes quantités de données) soient inactifs, les sondes poursuivront leurs recherches, mais avec des tâches beaucoup plus simples que d'habitude.
Ainsi, à la surface de Mars, le rover Curiosity ne conduira plus, tandis que l’atterrisseur InSight cessera de déplacer son bras robotique. Au-dessus de Mars, les orbiteurs continueront de collecter des données auprès de Curiosity et d’InSight en vue de leur retour sur Terre. Cependant, seul Mars Odyssey tentera de relayer ces données sur Terre avant la fin de la conjonction. En attendant, un autre orbiteur, MAVEN, continuera à collecter ses propres données scientifiques mais ne soutiendra aucune opération de relais pendant la conjonction solaire.



Source : mars.nasa.gov
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.