La Chine garantit le lancement de sa mission sur Mars malgré le coronavirus

La NASA n’est pas la seule à vouloir déployer un nouveau rover sur la planète rouge dès 2020. En effet, l’Administration spatiale nationale chinoise est également sur le coup avec la mission Huoxing 1, qui impliquera l’envoie d’un orbiteur, d’un atterrisseur et d’un rover équipé de plusieurs instruments scientifiques. Le principal objectif de ce projet sera d’étudier la géologie martienne, et notamment la distribution de la glace d’eau dans les sous-sols.
Pour se faire, deux sites d’atterrissage sont privilégiés : Chryse Planitia, et Isidis Planitia (une région qui sera également fréquentée par la mission américaine). Ces deux environnements présentent en effet l’avantage de se positionner à des altitudes basses (de quoi maximiser les chances de freinage lors de l’atterrissage), et par une absence de reliefs et d’obstacles favorables à l’évolution du rover.
Ceci étant dit, la Chine, qui semble se relever de l’épidémie de Covid-19, n’a tout de même pas été épargnée par l’épisode sanitaire qui touche aujourd’hui une grande partie du monde. Des provinces entières ont en effet été “bouclées” pendant plusieurs semaines dans le but de limiter les déplacements humains qui, on le sait, favorisent la propagation des virus. Dans ce contexte, il n’aurait donc pas été surprenant que les préparatifs de la mission Huoxing 1 aient été ralentis. Néanmoins, et si les chercheurs impliqués restent globalement muets sur la question, plusieurs rapports de médias d’État ont déclaré que cette crise n’affectera pas le futur lancement.
Les enjeux politiques, au-delà des enjeux scientifiques, sont en effet trop importants. On rappelle que le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois sera fêté en 2021 et, si tout se passe comme prévu, la mission Huoxing 1 devrait se poser sur Mars la même année. Selon Wang Chi, directeur général du Centre national des sciences spatiales (NSSC) à Pékin, un atterrissage réussi serait alors considéré par le pouvoir chinois comme “un beau cadeau d’anniversaire“.
Pour assurer le bon déroulement de la mission, l’agence spatiale chinoise a donc dû se donner les moyens de poursuivre les préparatifs. Plusieurs charges utiles devaient être déplacées de Pékin à Shanghai, où elles seront assemblées. Au départ ce transfert devait se faire par avion, mais pour éviter que les membres de l’équipe soient infectés, il a finalement été décidé de transporter les instruments directement en voiture. Trois personnes ont ainsi conduit pendant plus de 12 heures avec, dans le coffre, des équipements hors de prix. Pour limiter les contacts physiques entre employés, le NSSC a également mis en place “une politique de travail flexible qui permet aux chercheurs et aux ingénieurs de n’entrer au bureau que le matin ou l’après-midi“. Les scientifiques qui le peuvent, de leur côté, ont été invités à travailler depuis leur domicile.
Pour effectuer certains tests essentiels, certains chercheurs ont également eu la possibilité d’intégrer le National Space Science Center sans avoir à se mettre en quarantaine pendant les deux semaines requises. “Parce qu’il s’agit d’un grand projet national, le bureau du gouvernement local nous donne généralement son feu vert“, poursuit Wang Chi. Par ailleurs, et pour garantir la bonne communication entre les services (environ 70 scientifiques répartis en 20 équipes), toutes les évaluations techniques ont été effectuées par le biais de réunions virtuelles. Enfin, il semblerait qu’aucun invité ne sera autorisé à assister au lancement prévu en juillet 2020. Sauf événement exceptionnel, il semblerait donc que l’Administration spatiale nationale chinoise pourra assurer le déploiement de cette mission très attendue.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.