Des chercheurs reconstituent en vidéo le relief d'une ancienne rivière

Lancée il y a bientôt 15 ans, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA avait pour mission principale de cartographier toute la surface de la planète Mars. Pour ce faire, elle est équipée du télescope HIRISE, qui permet d’obtenir des images haute résolution (de l’ordre de 25 centimètres par pixel). Elle dispose également d’instruments de mesure permettant de déterminer la géologie et la composition minéralogique du sol. En reconstituant le relief à partir des données du télescope, des spécialistes sont parvenus à identifier de nouveaux éléments confirmant qu’il y avait bel et bien des rivières sur la planète rouge.
Les images en question ciblent Izola Mensa, dans le bassin Hellas, situé dans l’hémisphère sud de Mars, l’un des plus gros cratères d’impact de notre système solaire. En transformant ces images en cartes topographiques 3D, l’équipe a repéré des dépôts de sédiments d’environ 200 mètres de haut et 1,5 kilomètre de large. Les formes des canaux et les ensembles sédimentaires associés laissent penser que cette haute falaise rocheuse semble avoir été formée progressivement par le flux d’un ancien cours d’eau, « l’équivalent extraterrestre du Rhin ». Les chercheurs partagent leur découverte en vidéo.


Francesco Salese, chercheur à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) et auteur principal de l’étude, explique que la formation de ces sédiments suggère nécessairement un environnement capable de maintenir sur le long terme des volumes importants d’eau liquide. « Malheureusement, nous n’avons pas la capacité de grimper là-haut et de regarder les détails à plus petite échelle, mais les similitudes frappantes avec les roches sédimentaires terrestres laissent très peu de place à l’imagination », ajoute-t-il. Les membres de l’équipe se réjouissent du niveau de détails obtenu, qui leur apporte de nouveaux éléments dans leurs recherches de traces de vie ancienne sur Mars. Ils bénéficient aujourd’hui d’un nouvel aperçu de la quantité d’eau qui occupait autrefois ces paysages extraterrestres. « Les rivières qui ont formé ces roches sédimentaires n’étaient pas seulement un phénomène ponctuel, elles ont probablement été actives pendant des dizaines à des centaines de milliers d’années ! », souligne Joel Davis, chercheur au Musée d’histoire naturelle de Londres et co-auteur de l’article.
Au fur et à mesure que les rivières s’écoulent, elles déposent des sédiments qui s’accumulent en couches. Sur Terre, les géologues analysent depuis longtemps ces roches sédimentaires pour en savoir plus sur les conditions de vie sur notre planète il y a des millions, voire des milliards d’années. Grâce aux nouvelles technologies d’observation et notamment, à la résolution exceptionnelle du télescope de Mars Orbiter, la méthodologie peut aujourd’hui être étendue à d’autres planètes rocheuses. Les experts se réjouissent de pouvoir étudier plus en détail ces roches sédimentaires, bien plus anciennes que les nôtres.

Les chercheurs s’estiment chanceux : Francesco Salese explique que les images satellites de Mars se limitent généralement à un instantané de la couche supérieure de sédiments. Ici, la falaise était particulièrement bien exposée, suffisamment inclinée, ce qui a permis à l’équipe d’analyser les couches rocheuses sous-jacentes. À partir de ces données, ils ont pu reconstruire une carte topographique de la zone en 3D. Une analyse avancée démontre que le dépôt fluvial était déjà bien établi il y a environ 3,7 milliards d’années. Les experts estiment que pour former quelque chose de cette taille, il aurait fallu une rivière active pendant au moins 100000 ans terrestres !
Le fait que le volume d’eau soit si important sur la durée implique certaines conditions climatiques : cela suggère notamment que Mars avait autrefois un cycle de l’eau entraîné par les précipitations, similaire à celui de la Terre. Les chercheurs soulignent toutefois que, sans validation in situ des dépôts fluviaux, des explications alternatives doivent être aussi envisagées. Ils évoquent ainsi deux autres possibilités pour expliquer la succession sédimentaire observée : le dépôt éolien et des canaux sous-marins.


Source : trustmyscience.com
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 6h49
Coucher de Mars: 15h49
Distance Terre-Mars
367,8 millions de km
 
   
 
 
À l’occasion de la Biennale des Arts Numériques 2021, l’artiste Luke Jerram a installé à Paris une reproduction géante de Mars au sein de la verrière 104, dans le 19ème arrondissement.
 
 
Avec ce 17ème vol, Ingenuity va poursuivre son voyage de retour vers Wright Brothers Field sur le site d'atterrissage d'Octavia E. Butler, au plus tôt le 5 décembre 2021.
 
 
La sonde européenne Mars Express et le rover chinois Zhurong ont réussi une série de tests de communications, bien que les systèmes radio de leurs instruments ne soient pas totalement compatibles.
   
 
Quelle est la position de chaque sonde et rover de la NASA sur Mars? Une modélisation de l'agence américaine permet de suivre en temps réel toutes les missions en cours sur la planète rouge.
 
 
Des chercheurs sont capables de décrire les deux cents premiers mètres de la croûte martienne en traçant les réverbérations du bruit du vent sur les couches de sol et de roches.
 
 
Le 23 novembre 2021, la NASA a publié une image remarquable prise par Curiosity sur le flanc du mont Sharp. Stupéfaits par sa beauté, les scientifiques de la mission l'ont diffusé sur leur site.
   
 
Six personnes reproduisant sur Terre les conditions de longue mission dans l'espace, ont vécu coupés du monde dans une « station martienne », dans le désert du Néguev, en Israël.
 
 
Pourquoi avoir creusé deux fois dans la même roche ? Le sujet semble en tout cas avoir un intérêt scientifique, pour que l’astromobile réalise deux forages dans la même cible.
 
 
La NASA a publié le 18 novembre 2021 une nouvelle vidéo montrant le décollage du drone martien Ingenuity lors de son 13ème vol effectué le 4 septembre 2021.
 
 
Le rover Perseverance a annoncé avoir creusé une partie d'une roche martienne. L'opération va permettre de savoir ce qu'il se cache à l'intérieur du sol de la planète.