Des chercheurs ont localisé des tunnels de lave sur Mars pour s'y abriter

Mars n’est pas aussi accueillante que la Terre. Il y fait très froid, très sec, et l’atmosphère est en majorité composée de dioxyde de carbone (96 %). La planète rouge, dépouillée de son champ magnétique il y a plusieurs milliards d’années, est également baignée de rayonnement solaire et autres rayons cosmiques susceptibles de “casser” notre ADN, entraînant alors la formation de cancers et de malformations génétiques. Parmi tous les défis qui nous attendent, en vue d’une future exploration, ce dernier point sera sans doute le plus difficile à résoudre.
Dans cet esprit, la NASA, l’ESA et d’autres agences spatiales explorent depuis de nombreuses années la possibilité de s’établir à l’intérieur de gigantesques tubes de lave sur la Lune. Ces structures se forment par des coulées volcaniques refroidies en surface, constituant alors une croûte solide, mais dont le coeur est resté fluide, permettant ainsi à la lave de continuer à s’écouler. Une fois que la lave disparaît, une cavité en forme de galerie apparaît alors. Leurs toits épais permettraient une protection naturelle contre le rayonnement cosmique, les impacts de météorites et les fluctuations de températures. Ces canaux souterrains, une fois scellés, pourraient également être pressurisés pour créer un environnement respirable.

Ces tunnels pourraient également se retrouver sur Mars. Mais où ? Des indices laissent à penser que certaines de ces structures pourraient se cacher au nord-est de Hellas Planitia, un bassin d’impact d’environ 2200 km de diamètre et 9500 m de profondeur situé dans l’hémisphère sud de la planète. Hellas Planitia possède une autre particularité intéressante : une montagne présente dans le coin nord-est de la zone, nommée Hadriacus Mons (image ci-dessus). D’après les études menées, cette montagne se serait en réalité formée suite à l’éruption d’un volcan… et elle abriterait donc un certain nombre de tunnels de lave. D’ailleurs, pour une fois, le conditionnel n’est pas de mise. Ces tunnels ne sont en effet pas hypothétique et l’étude des images prises par les sondes placées dans l’orbite martienne a confirmé leur existence.
La solution Hellas Planitia offre à elle seule de nombreux avantages. Plusieurs sondes ont en effet montré que les environnements de rayonnement les plus exposés sur Mars se trouvent aux pôles. Or, ce bassin se situe près de l’équateur. De plus, de tous les environnements martiens, ce cratère d’impact est l’un des plus profonds. Cela signifie que l’atmosphère qui le baigne est plus épaisse. Les rayons cosmiques sont ainsi davantage filtrés. Selon les chercheurs, les explorateurs évoluant dans le bassin pourraient en effet s’attendre à absorber environ 342 microsieverts par jour (une unité d’exposition aux radiations), contre 547 μSv / jour à des altitudes plus élevées. C’est un début, mais ces doses restent encore 25% plus élevées que ce que les astronautes à bord de l’ISS absorbent chaque jour. Et dans la station, les séjours ne durent pas plus de quelques mois, tandis que les explorateurs martiens pourraient passer des années sur la planète rouge. C’est alors que l’option “tunnel de lave” entre en jeu.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont visité des structures similaires retrouvées dans le sud-ouest américain pour tester le degré de protection de ces tubes de lave contre les radiations. Comparant les mesures de rayonnement à l’intérieur et à l’extérieur du tube Mojave Aiken (Californie, en image ci-dessous), de la Lava River Cave (Arizona), et du Big Skyligh (Nouveau-Mexique), ils ont enregistré un effet protecteur significatif. En extrapolant leurs résultats pour les faire correspondre à l’environnement martien, ils ont calculé qu’en évoluant dans l’un des tubes de lave du bassin d’impact, les explorateurs pourraient n’absorber qu’environ 61 μSv / jour de radiations. Ces travaux ne sont bien évidemment que préliminaires. Si l’option des tunnels de lave est effectivement intéressante, d’autres recherches seront nécessaires pour nous assurer de leur présence. Il sera alors possible d'évaluer leur véritable potentiel.


Source : sciencepost.fr
 
   
     

(heure de Paris)
Lever de Mars: 01h33
Coucher de Mars: 13h17
Distance Terre-Mars
123,0 millions de km

Lancement du rover
Perseverance dans


 
   
 
Des scientifiques ont détecté la raie verte de l'oxygène dans le spectre de l'atmosphère de Mars. C'est la première fois qu'elle est observée autour d'une planète autre que la Terre.
 
 
Pour réussir à faire creuser la taupe, les ingénieurs ont exercé une pression à l'aide du bras robotique de la mission InSight. Une technique qui semble avoir porté ses fruits.
 
 
Par le passé, Mars a peut-être possédé un anneau. Des scientifiques explorent cette hypothèse et présentent un nouvel indice, en analysant l'orbite de la lune Déimos.
 
 
C’est une plongée dans l’univers fascinant de Mars que nous propose Francis Rocard, astrophysicien, dans son dernier livre, Dernières nouvelles de Mars chez Flammarion.
 
 
Pendant cette traversée de 1,5 km, le robot de la NASA mettra l'accent sur sa conduite, en utilisant ses capacités autonomes de navigation.
 

 
 
Après avoir analysé et déterminé le type de roche que le JPL souhaitait échantillonner, le rover Curiosity a percé et prélevé une nouvelle fois le sol de Mars.
 
 
Un planétologue montre dans une animation à quel point la vitesse de la lumière peut sembler lente, en représentant le trajet d'impulsions lumineuses émises depuis la Terre, vers Mars.
 
 
L’hypothèse de cette ancienne période glacée repose sur des extraits de dioxyde de carbone et d’oxygène, présents dans 13 échantillons de roches prélevés par le rover.
   
 
La NASA a soumis son rover Perseverance à de nombreux tests. Son autonomie et sa résistance ont été mis à rude épreuve, comme le montre une nouvelle vidéo publiée par le JPL.
 
 
Une équipe de planétologues est parvenue à démontrer que la boue sur la planète rouge s'écoule de la même façon que la lave sur Terre.
 
 
Plus légères et plus résistantes, elles sont fabriquées à partir d’un maillage de nickel et titane, et font actuellement l’objet de tests dans l’un des bâtiments de la NASA.
 
 
Ils ont isolé un site prometteur de tunnels de lave, situé près de l’équateur, qui pourraient un jour permettre à l’Homme de s’établir durablement dans les sous-sols de Mars.
 
 
Au Centre Spatial Kennedy, le grand robot de la NASA a été replié, puis placé sous la grue spatiale qui le déposera sur Mars. L’assemblage se poursuit sans mauvaise surprise.
 
 
Cette vidéo montre Curiosity prenant un selfie sur le site du forage "Hutton" le 26 février 2020. Il est constitué de 86 images qui ont ensuite été assemblées pour former un panorama.
 
 
L’animation montre un forage réalisé par Curiosity le 22 mars 2020. Le trou a un diamètre de 1,6 centimètre, soit à peu près le même diamètre qu’une pièce de 1 centime.
 
 
Du 6 mars au 6 avril 2020, le télescope HiRISE de la sonde MRO s'est déchaîné au-dessus de la planète rouge, en collectant près de 300 photos de dunes aux formes innombrables, mais aussi de cratères.
 
 
Grâce aux images HD de la sonde MRO, des scientifiques ont trouvé de nouvelles preuves confirmant que des rivières ont bien coulé à la surface de Mars il y a des milliards d’années.
 
 
En vue de la prochaine mission américaine sur la planète rouge, des astrobiologistes ont déployé les instruments du rover Perseverance en Australie, dans le cadre d’un test grandeur nature.
 
 
Allan Hills 84001 a fait l’objet d’une nouvelle étude qui a révélé la présence de molécules organiques. Plus précisément d’éléments constitutifs de la vie.
 
 
La NASA a publié une nouvelle vidéo sur Youtube, composée d'images obtenues le 1er mai 2020 par la caméra du rover Curiosity, et qui s'étendent sur environ 30000 pixels de large.