Changement de programme pour le retour des échantillons martiens

Sylvie Montard - 28 mars 2022


Crédit : NASA
 
C’est une chose d’envoyer des robots pour étudier d’autres planètes, mais le plus intéressant reste de pouvoir le faire directement, ce qui implique de ramener les échantillons collectés sur Terre. La NASA et l’ESA prévoient de le faire lors de la deuxième moitié de la décennie pour récupérer du matériel martien, mais l’opération ne se déroulera pas comme prévu.
 
Les deux agences viennent d’annoncer des changements significatifs dans la mission Mars Sample Return (MSR). Comme son nom l’indique, cette mission a vocation à rapatrier les échantillons collectés sur Mars par Perseverance. La nouvelle coqueluche de la NASA, qui a récemment fêté son premier anniversaire sur place, est certes capable de réaliser quelques analyses préliminaires directement sur place, grâce à son petit laboratoire embarqué. Mais l’engin sera bien incapable de les ramener lui-même. Pour l’instant, il se contente de laisser ses prélèvements à la surface de la planète, bien à l’abri dans des tubes hermétiques.
 
Perseverance aura donc besoin d’un peu d’aide. Ce coup de pouce, c’est le Sample Fetch Rover (SFR) qui le lui fournira. Il s’agit d’un rover indépendant, qui devait à l’origine être déposé en même temps que sa navette retour, baptisée Mars Ascent Vehicule. Sa seule et unique mission : faire le ménage derrière Perseverance. Il se chargera de récupérer tous les échantillons afin de les ramener sur Terre.


Le Sample Fetch Rover sera chargé de recueillir les tubes d'échantillons déposés par Perseverance. Crédit : ESA

Une fois sa collecte terminée, il est censé entamer le voyage retour à bord du même Mars Ascent Vehicule qui l’aura déposé là. Ce dernier se chargera de catapulter le rover en orbite martienne. Il sera alors transféré dans un autre véhicule, l’Earth Return Orbiter, qui prendra enfin le chemin de la Terre, les bras chargés de poussière rougeâtre. Les échantillons pourront alors être étudiés en détail pour tenter de percer les secrets de la planète rouge.
 
Sur le papier, cette échéance est prévue à l’horizon 2026. Le problème, c’est que la NASA a récemment réalisé que son programme actuel était trop ambitieux, et tout simplement irréalisable, car le prix et le calendrier du programme ne sont pas compatibles en l’état. De plus, l’approche qui consiste à envoyer le rover et le Mars Ascent Vehicule en même temps, à bord du même véhicule, est à la fois trop risquée et peu pertinente.


L'Earth Return Orbiter rapportera les échantillons martiens sur la Terre. Crédit : ESA

La NASA a donc dévoilé un programme ajusté, et cette fois subdivisé en deux lancements distincts. Le premier servira uniquement à envoyer le Mars Sample Rover, puis le Mars Ascent Vehicle sera déployé à l’occasion d’un second lancement. Une approche plus onéreuse, mais aussi plus sûre et plus abordable en termes d’ingénierie.
 
Évidemment, cela implique de repenser certains aspects fondamentaux du programme. L’échéance va donc être retardée de deux ans au minimum. Au lieu de partir en 2026, la mission ne sera pas lancée avant 2028. Par extension, cela signifie aussi que les chercheurs ne pourront pas mettre la main sur ces échantillons avant 2033 au plus tôt. Heureusement, le programme est encore dans sa phase préparatoire de conception et de développement. Les deux agences n’auront donc pas eu à sacrifier des années de travail avant de se rendre compte de ce point faible. Mais dans tous les cas, il faudra encore patienter un certain temps avant de pouvoir récupérer ces échantillons tant attendus.


Source: journaldugeek.com
 
   
 
 
Une occultation de Mars par notre Lune va se produire dans la nuit du 7 au 8 décembre prochain. Ce spectacle astronomique est rarement visible en France.
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
   
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
 
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
   
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
 
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
   
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
 
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
   
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
 
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.