Ce nouveau documentaire démonte la conquête martienne et intergalactique

Sylvie Montard - 24 avril 2022



 
Les astronautes américains remettront bientôt pied et drapeau sur la surface poussiéreuse de la Lune. Ils ne seront pas les seuls : les agences spatiales chinoise, européenne et russe ont également des vues sur le corps céleste le plus proche de la Terre. Mais la Lune n’est qu’une première étape sur le seuil d’un territoire immense. L’humanité est à l’orée d’une nouvelle ère d’exploration, dans laquelle les excursions spatiales pourraient être remplacées par une multitude d’activités cosmiques répondant à un large éventail d’intérêts concurrents.
 
D’ici vingt à trente ans, des missions habitées pourraient faire des bonds de géant vers Mars, pour reconnaître les lieux et même y établir des colonies. Puis viendront les astéroïdes et d’autres destinations lointaines. À l’aube de cette nouvelle ère, nous avons la responsabilité collective d’examiner les défis moraux qui l’accompagnent.



L’époque où la conquête spatiale voyait s’affronter de grandes puissances mondiales apparaît révolue : au XXIe siècle, les milliardaires (Elon Musk, Jeff Bezos, Richard Branson...) ont pris le relais de cette compétition sans merci. Entre catastrophes terrestres à grande échelle et promesses d’un Univers fourmillant de ressources et de possibles, beaucoup voient l’avenir de l’humanité dans l’espace.
 
Des voix toujours plus nombreuses s’élèvent dans le milieu de l’astronomie pour défendre une conception différente : une vision pacifique, durable et égalitaire de l’espace, qui ne perdrait pas de vue les injustices et les inégalités à l’œuvre sur Terre. D'où cette grande question philosophique qui se pose : Les autres mondes sont-ils à la disposition des humains ou sont-ils souverains ?



Si rien ne change, les intérêts commerciaux et militaires influenceront, voire supplanteront, l’intérêt commun. La quête de ressources telles que l’eau où les minerais se soldera par la spoliation des communs de l’espace et du ciel nocturne. Les investissements dans l’exploration spatiale seront alors un moyen pour les puissants de se soustraire à la responsabilité qui leur incombe sur les questions de justice sociale sur Terre.
 
Mars sera-t-elle une étape nécessaire ou un obstacle infranchissable ? Pourra-t-on un jour voyager hors des limites de notre Système solaire ? Le corps et l’esprit humains sont-ils taillés pour de tels défis ? L’élan qui nous entraîne vers l’inconnu soulève à chaque pas de nouvelles interrogations. Le réalisateur Werner Herzog et son fils Rudolph se sont rendus aux quatre coins de la planète pour y découvrir les réponses esquissées par des astronautes, physiciens, psychologues, sexologues, généticiens, médecins, astronomes, et même par les fidèles de mouvements religieux émergents.




Mais la frontière s’avère parfois ténue entre aspiration et illusion. Car chaque réponse confronte l’être humain à ses limites devant l’infiniment grand. Le documentaire "Un ticket pour l'espace" disponible dans cet article et diffusé par Arte du 22 avril au 21 juillet 2022, est un voyage teinté de burlesque dans les paradoxes de ces rêves d’ailleurs.
 

Source: arte.tv
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 3h47
Coucher de Mars: 15h39
Distance Terre-Mars
223,2 millions de km
 
   
 
 
L’image a été prise par l’appareil photo à bord de Zhurong, peu de temps après son atterrissage sur Mars, mais elle n’avait pas encore été présentée au grand public.
 
 
L'atterrisseur InSight de la NASA ne pourra bientôt plus continuer à sonder l'intérieur de Mars. Ces panneaux solaires recouverts de poussière peinent de plus en plus à l'alimenter en énergie.
 
 
10 jours après avoir capturé l'image d'une étrange ouverture dans la roche, Curiosity récidive en photographiant à nouveau une roche insolite, qui évoque la tige d'une plante fossilisée.
   
 
Le 7 mai 2022, la photo d'une étrange cavité dans la roche capturée par Curiosity a provoqué un raz-de-marée de réactions sur les réseaux sociaux. Des géologues apportent une réponse.
 
 
Depuis le 3 mai 2022, Ingenuity souffre de plusieurs problèmes. La poussière martienne s’est accumulée sur ses panneaux solaires, rendant difficile la recharge de ses batteries.
 
 
Selon l’équipe chinoise, les instruments de Zhurong auraient analysé des minéraux soutenant la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.
   
 
En mai 2022, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a survolé la planète rouge, en collectant des photos mises en ligne par l'Université de l'Arizona.
 
 
Le 7 mai 2022, le rover a capturé une image intrigante qui évoque l'entrée d'une grotte. Elle présente une forme parfaitement rectangulaire, et semble avoir été façonnée par un maçon.
 
 
Présente depuis plus de trois ans sur Mars, la sonde InSight de la NASA a mesuré le 4 mai 2022 le plus grand séisme jamais détecté sur la planète rouge, d'une magnitude supérieure à 5.
 
 
Les scientifiques l’appellent "aurore discrète sinueuse". Cette bande de lumière semblable à un ver illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de Mars.
 
 
Ingenuity a photographié le parachute qui a aidé Perseverance à atterrir sur Mars et la coquille arrière en forme de cône qui protégeait le rover pendant sa descente vers la surface martienne.
 
 
InSight a enregistré ses deux plus grands événements sismiques à ce jour, de magnitude 4,2 et 4,1. Le premier s'est produit de l'autre côté de la planète, à l'opposé de l'atterrisseur.
 
 
Des données collectées par Curiosity renforcent l’hypothèse selon laquelle des lacs ont existé sur Mars. Des traces suggèrent qu’il y aurait eu des systèmes hydrothermaux comme sur Terre.
 
 
Les progrès techniques actuels rendent accessible la colonisation d’autres planètes. Mais est-ce souhaitable ? Le cinéaste Werner Herzog et son fils Rudolph partent en quête de réponses.
 
 
Des météorites récupérées dans la plaine australienne de Nullarbor contenaient des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche.