Ce bouclier thermique gonflable permettra à des humains d'atterrir sur Mars

Sylvie Montard - 5 juillet 2022


Crédit: NASA

 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes que celles qui ont déjà débarquées sur la planète rouge. Cela nécessitera un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement. Un décélérateur aérodynamique hypersonique gonflable de grande taille pourrait fournir la zone de traînée et la protection contre la chaleur nécessaires à une mission humaine sur Mars.
 
Atterrir sur Mars avec des hommes sera un véritable exploit technique. Sur Terre, l'atmosphère freine efficacement un objet doté d'un parachute. Sur Mars, en revanche, l’atmosphère est beaucoup moins dense. L'air martien correspond à l’air terrestre à 30 kilomètres d'altitude, soit plus de trois fois la hauteur du mont Everest.


Crédit: NASA

Se poser sur Mars est un défi tellement compliqué que sur les 40 missions envoyées par la NASA, moins de la moitié ont connu un succès. Ce chiffre a de quoi inquiéter les futurs astronautes qui tenteront de fouler le sol martien. Mais les progrès technologiques de la NASA permettent d'espérer le succès de cette périlleuse manoeuvre.
 
Pour tenter de contourner cet énorme obstacle de la physique, les ingénieurs de la NASA ont développé un bouclier thermique gonflable qui pourrait être la clé de la victoire. Appelé décélérateur aérodynamique hypersonique gonflable (HIAD en anglais pour Hypersonic Inflatable Aerodynamic Decelerator), le matériel pourrait aider l’agence spatiale américaine à débarquer des astronautes et des charges utiles massives sur la planète rouge à la fin des années 2030.


Crédit: NASA

En juin 2022, des scientifiques et des ingénieurs du centre de recherche de Langley en Virginie se sont réunis pour voir le bouclier thermique gonflé pour la dernière fois sur Terre. Un test sera effectué pour la première fois en orbite terrestre en novembre de cette année, à bord d’une fusée United Launch Alliance Atlas V.
 
La mission, connue sous le nom de Low-Earth Orbit Flight Test of an Inflatable Decelerator (LOFTID) emmènera l’expérience dans un voyage autour de la Terre via un satellite météorologique, en passant par les pôles Nord et Sud. Le HIAD restera en place jusqu’à la livraison du satellite, puis se gonflera lorsque le vaisseau spatial reviendra sur Terre.


Crédit: NASA

Le système de protection thermique mesure 6 mètres de large et se compose de deux couches de surface extérieures en tissu de fibres céramiques, plusieurs couches d'isolant, et une barrière pour empêcher les gaz chauds d'atteindre directement la structure gonflable. La NASA affirme que le matériau synthétique utilisé dans l’équipement est 15 fois plus résistant que l’acier et qu'il peut résister à des températures supérieures à 1500 degrés.
 
La mission de 93 millions de dollars est un partenariat de la NASA avec United Launch Alliance (ULA), qui assurera la récupération de l’équipement après le lancement. Si tout se passe bien, le bouclier thermique réduira la vitesse de la fusée LOFTID de plus de 25 fois la vitesse du son à moins de 910 km/h. Sur Mars, l'objectif sera de le déployer aussi haut que possible dans l’atmosphère, élargissant ainsi les options d’atterrissage de la NASA dans les hautes terres du sud de la planète rouge.


Bernard Kutter. Crédit: ULA

La NASA et l'ULA dédient la mission LOFTID en l'honneur de Bernard Kutter, responsable des programmes avancés à l'ULA, décédé en 2020. Bernard Kutter était un défenseur d'un accès plus facile à l'espace. L'ingénieur s'est vivement intéressé à la conception du bouclier thermique gonflable de la NASA qui pourrait permettre le retour en toute sécurité des moteurs de fusée pour réutilisation, ainsi que l'atterrissage de grandes charges utiles sur Mars nécessaires aux missions en équipage. Il a joué un rôle déterminant dans l'avancement de la technologie et l'élaboration du plan de test du système sur une fusée Atlas V.
 
Source: mashable.com
 
   
 
 
 
Une occultation de Mars par notre Lune va se produire dans la nuit du 7 au 8 décembre prochain. Ce spectacle astronomique est rarement visible en France.
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
   
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
 
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
   
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
 
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
   
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
 
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
   
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
 
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.