Ce bouclier thermique gonflable permettra à des humains d'atterrir sur Mars

Sylvie Montard - 5 juillet 2022


Crédit: NASA

 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes que celles qui ont déjà débarquées sur la planète rouge. Cela nécessitera un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement. Un décélérateur aérodynamique hypersonique gonflable de grande taille pourrait fournir la zone de traînée et la protection contre la chaleur nécessaires à une mission humaine sur Mars.
 
Atterrir sur Mars avec des hommes sera un véritable exploit technique. Sur Terre, l'atmosphère freine efficacement un objet doté d'un parachute. Sur Mars, en revanche, l’atmosphère est beaucoup moins dense. L'air martien correspond à l’air terrestre à 30 kilomètres d'altitude, soit plus de trois fois la hauteur du mont Everest.


Crédit: NASA

Se poser sur Mars est un défi tellement compliqué que sur les 40 missions envoyées par la NASA, moins de la moitié ont connu un succès. Ce chiffre a de quoi inquiéter les futurs astronautes qui tenteront de fouler le sol martien. Mais les progrès technologiques de la NASA permettent d'espérer le succès de cette périlleuse manoeuvre.
 
Pour tenter de contourner cet énorme obstacle de la physique, les ingénieurs de la NASA ont développé un bouclier thermique gonflable qui pourrait être la clé de la victoire. Appelé décélérateur aérodynamique hypersonique gonflable (HIAD en anglais pour Hypersonic Inflatable Aerodynamic Decelerator), le matériel pourrait aider l’agence spatiale américaine à débarquer des astronautes et des charges utiles massives sur la planète rouge à la fin des années 2030.


Crédit: NASA

En juin 2022, des scientifiques et des ingénieurs du centre de recherche de Langley en Virginie se sont réunis pour voir le bouclier thermique gonflé pour la dernière fois sur Terre. Un test sera effectué pour la première fois en orbite terrestre en novembre de cette année, à bord d’une fusée United Launch Alliance Atlas V.
 
La mission, connue sous le nom de Low-Earth Orbit Flight Test of an Inflatable Decelerator (LOFTID) emmènera l’expérience dans un voyage autour de la Terre via un satellite météorologique, en passant par les pôles Nord et Sud. Le HIAD restera en place jusqu’à la livraison du satellite, puis se gonflera lorsque le vaisseau spatial reviendra sur Terre.


Crédit: NASA

Le système de protection thermique mesure 6 mètres de large et se compose de deux couches de surface extérieures en tissu de fibres céramiques, plusieurs couches d'isolant, et une barrière pour empêcher les gaz chauds d'atteindre directement la structure gonflable. La NASA affirme que le matériau synthétique utilisé dans l’équipement est 15 fois plus résistant que l’acier et qu'il peut résister à des températures supérieures à 1500 degrés.
 
La mission de 93 millions de dollars est un partenariat de la NASA avec United Launch Alliance (ULA), qui assurera la récupération de l’équipement après le lancement. Si tout se passe bien, le bouclier thermique réduira la vitesse de la fusée LOFTID de plus de 25 fois la vitesse du son à moins de 910 km/h. Sur Mars, l'objectif sera de le déployer aussi haut que possible dans l’atmosphère, élargissant ainsi les options d’atterrissage de la NASA dans les hautes terres du sud de la planète rouge.


Bernard Kutter. Crédit: ULA

La NASA et l'ULA dédient la mission LOFTID en l'honneur de Bernard Kutter, responsable des programmes avancés à l'ULA, décédé en 2020. Bernard Kutter était un défenseur d'un accès plus facile à l'espace. L'ingénieur s'est vivement intéressé à la conception du bouclier thermique gonflable de la NASA qui pourrait permettre le retour en toute sécurité des moteurs de fusée pour réutilisation, ainsi que l'atterrissage de grandes charges utiles sur Mars nécessaires aux missions en équipage. Il a joué un rôle déterminant dans l'avancement de la technologie et l'élaboration du plan de test du système sur une fusée Atlas V.
 
Source: mashable.com
 
   
 
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.