De bonnes nouvelles pour la mission européenne Exomars et son rover Rosy

Sylvie Montard - 26 octobre 2022


Illustration du rover Rosalind Franklin de la mission ExoMars, débarqué sur la planète rouge depuis sa plateforme. Crédits : ESA

La Russie était censée fournir la fusée, mais aussi et surtout la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars, qui vise à rechercher des traces de vie sur la planète rouge avec un rover européen. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son véhicule. Finalement, elle pourrait le faire elle-même.
 
Au départ, l’Agence Spatiale européenne (ESA) et la Russie travaillaient sur une mission conjointe visant à rechercher des traces de vie passée sur Mars. L’Europe se concentrait sur le rover, baptisé Rosalind Franklin (et surnommé Rosy), tandis que la Russie s’occupait de la plateforme scientifique chargée de poser le véhicule et d’analyser les échantillons recueillis.


Crédit: ESA

Cette mission devait être lancée cette année. Finalement, la guerre en Ukraine en a décidé autrement. Le divorce étant désormais clairement entamé entre les deux parties, l’Europe examinait depuis les différentes options à sa disposition pour lancer son rover malgré tout.
 
L’ESA, qui travaille sur ExoMars depuis 2004, ne pouvait en effet justifier l’abandon de cette mission phare, qui a absorbé la carrière d’une génération entière de scientifiques. De plus, rappelons que ce rover sera équipé d’une foreuse capable de creuser jusqu’à deux mètres de profondeur dans le but de rechercher des traces de vie microbienne.



Étant donné que la surface martienne est aujourd’hui baignée de lumière ultraviolette, les scientifiques pensent que la recherche de vie souterraine promet de meilleures chances de succès. Les rovers Curiosity et Perseverance sont également équipés de foreuses, mais celles-ci ne peuvent explorer que les premiers centimètres de roche martienne.
 
Au dernières nouvelles, il semblerait que les Européens aient finalement décidé de s’occuper eux-mêmes de la plateforme d’atterrissage. Rien n’est encore sûr. Les responsables de l’ESA doivent encore faire une demande de budget supplémentaire aux États membres pour financer ce nouveau module de descente. Le projet sera présenté en novembre.


Des morceaux du futur rover Rosalind Franklin en cours de construction chez Airbus à Stevenage (Royaume-Uni). Crédits: S. Corvaja/ESA

Cette rallonge devrait avoisiner les 360 millions d’euros, selon la BBC, ce qui porterait à 1,3 milliard d’euros le coût du programme ExoMars. Si la demande est acceptée et que cette plateforme est construite dans les temps, la mission pourrait être lancée en 2028 et arriver sur place en 2030.
 
Le rover doit atterrir sur Oxia Planum, un ancien bassin riche en argile situé près des tropiques nord de Mars. Il y a plusieurs milliards d’années, la présence d’eau et l’abondance de sédiments auraient pu abriter de précieux biomarqueurs.



Vue de face du futur rover. Crédits: ESA/ATG medialab
 
Source: sciencepost.fr
 
   
 
 
Une occultation de Mars par notre Lune va se produire dans la nuit du 7 au 8 décembre prochain. Ce spectacle astronomique est rarement visible en France.
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
   
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
 
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
   
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
 
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
   
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
 
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
   
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
 
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.