Cette base futuriste pourrait protéger les astronautes des radiations

En octobre 2018, une exposition consacrée à l’astronautique s'est tenue à Orlando, en Floride. L’ingénieur civil Marco Peroni y a proposé ses plans imaginés pour la construction d’une base modulaire martienne, capable de protéger les astronautes des radiations.
La planète rouge, aussi habitable puisse-t-elle avoir été par le passé, n’est pas franchement ce que l’on pourrait appeler une « terre d’accueil ». L’environnement est froid, sec, la gravité n’est pas la même, et la surface est bombardée de rayons cosmiques très néfastes pour le corps humain. Sur Terre, l’atmosphère permet de s’en protéger, mais celle de Mars est trop mince. Aussi, pour imaginer débarquer, vivre et évoluer sur la planète rouge, encore faut-il trouver le moyen de se protéger du rayonnement. Et pour ce faire, nous devrions repenser nos systèmes de blindage.
« La quantité de matériau nécessaire à un blindage efficace peut alors être bien supérieure à ce qui est réalisable pour la plupart des applications aérospatiales, explique Marco Peroni, principal auteur de ces travaux. Les parois en aluminium de l’ISS, par exemple, ont une épaisseur d’environ 7 mm et sont efficaces en orbite terrestre basse, mais il est peu probable que de tels boucliers soient suffisants dans l’espace interplanétaire ».
Si des propositions précédentes recommandaient la construction de bases avec des murs très épais ou de vivre sous terre, de telles structures, selon Peroni, pourraient « compromettre la santé psychologique des colons ». L’ingénieur, qui imaginait déjà l’année dernière une base lunaire, suggère alors de concevoir une base capable à la fois de protéger des rayonnements tout en maximisant l’accès à la lumière. Il propose alors une gigantesque sphère mesurant environ 300 mètres de diamètre, autour de laquelle seraient disposés des modules hexagonaux.
L’idée veut alors que cette sphère, ou cette base modulaire, soit transportée de la Terre vers Mars à bord d’un vaisseau en générant un bouclier magnétique artificiel grâce à des câbles électriques qui entoureraient la structure. Pendant le voyage, le vaisseau tournerait également autour de son axe central à une vitesse de 1,5 tour par minute afin de générer une force de gravité d’environ 0,8 g, permettant ainsi de contrecarrer les effets de l’exposition à la microgravité (perte de densité musculaire et osseuse, problèmes de vision, etc.). Une fois en orbite martienne, chaque module pourrait alors se détacher pour venir atterrir sur la surface de la planète.
Chaque module d’une vingtaine de mètres de diamètre (des dortoirs, des laboratoires, des ateliers ou des serres, par exemple) serait ensuite capable de se déplacer et de se connecter aux autres modules pour, encore une fois, présenter une configuration sphérique protégée des rayonnements par un champ magnétique artificiel. Tous ces modules seraient largués en parachute. Quant aux astronautes, ils pourraient descendre de la base vers la surface en fusée (telle que la fusée Starship proposée par SpaceX).
S’il ne s’agit pour l’heure que d’une proposition parmi beaucoup d’autres, celle-ci a le mérite (du moins sur le papier) de permettre une protection contre les rayonnements cosmiques tout en garantissant une protection électromagnétique à l’intérieur des modules. Des défis physiques, mais aussi psychologiques pourraient ainsi être relevés. Quant à savoir si la NASA ou une autre organisation spatiale donnera suite à ce projet, seul l’avenir nous le dira.


Source : sciencepost.fr
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 6h49
Coucher de Mars: 15h49
Distance Terre-Mars
367,8 millions de km
 
   
 
 
À l’occasion de la Biennale des Arts Numériques 2021, l’artiste Luke Jerram a installé à Paris une reproduction géante de Mars au sein de la verrière 104, dans le 19ème arrondissement.
 
 
Avec ce 17ème vol, Ingenuity va poursuivre son voyage de retour vers Wright Brothers Field sur le site d'atterrissage d'Octavia E. Butler, au plus tôt le 5 décembre 2021.
 
 
La sonde européenne Mars Express et le rover chinois Zhurong ont réussi une série de tests de communications, bien que les systèmes radio de leurs instruments ne soient pas totalement compatibles.
   
 
Quelle est la position de chaque sonde et rover de la NASA sur Mars? Une modélisation de l'agence américaine permet de suivre en temps réel toutes les missions en cours sur la planète rouge.
 
 
Des chercheurs sont capables de décrire les deux cents premiers mètres de la croûte martienne en traçant les réverbérations du bruit du vent sur les couches de sol et de roches.
 
 
Le 23 novembre 2021, la NASA a publié une image remarquable prise par Curiosity sur le flanc du mont Sharp. Stupéfaits par sa beauté, les scientifiques de la mission l'ont diffusé sur leur site.
   
 
Six personnes reproduisant sur Terre les conditions de longue mission dans l'espace, ont vécu coupés du monde dans une « station martienne », dans le désert du Néguev, en Israël.
 
 
Pourquoi avoir creusé deux fois dans la même roche ? Le sujet semble en tout cas avoir un intérêt scientifique, pour que l’astromobile réalise deux forages dans la même cible.
 
 
La NASA a publié le 18 novembre 2021 une nouvelle vidéo montrant le décollage du drone martien Ingenuity lors de son 13ème vol effectué le 4 septembre 2021.
 
 
Le rover Perseverance a annoncé avoir creusé une partie d'une roche martienne. L'opération va permettre de savoir ce qu'il se cache à l'intérieur du sol de la planète.