Cette bactérie pourra transformer le sol martien en matériau de construction

Sylvie Montard - 22 avril 2022


Crédit : ISRO
 
L'exploration spatiale obligera l'Homme tôt ou tard à concevoir des habitats sécurisés pour développer des colonies extraterrestres. Ce défi qui semble tout droit sorti d'un roman de science-fiction devient peu à peu une réalité scientifique. Et pour y parvenir, il faut identifier des sources de matériaux transformables, à défaut d'être transportables.
 
Il est impensable d'imaginer une vie civile telle que nous la connaissons sur Terre. Sur Mars, les habitats auront uniquement un usage scientifique. Mais ils devront être fabriqués sur place, avec le sol martien comme principal matériau. Pour atteindre cet objectif, des scientifiques de l'Indian Space Research Organization (ISRO) ont exposé le 14 avril 2022 la création de briques bactériennes afin de construire des habitats martiens.


Crédit : ISRO

Les chercheurs ont élaboré un substrat proche du régolithe martien, combiné avec de la gomme de guar, mais aussi de l'urée, du chlorure de nickel et une souche bactérienne appelée "Sporosarcina pasteurii". Les bactéries ont converti l'urée en cristaux de carbonate de calcium et sécrété une substance collante appelée biopolymère.
 
Ces composants ont ainsi généré une sorte de ciment. Le chlorure de nickel a également joué un rôle clé dans le mélange. Il a permis aux bactéries de se développer et de prospérer malgré la forte teneur en fer du sol martien, qui peut être toxique pour les organismes. En transformant cette boue microbienne, les scientifiques sont parvenus à concevoir des briques. On peut également envisager d'alimenter une imprimante 3D avec ce ciment spatial, pour concevoir en quelques heures un habitat martien. C'est l'objectif du projet Mars Dune Alpha, soutenu par la NASA et mis au point par l'entreprise américaine Icon (en vidéo en bas de l'article).


Cet habitat martien imprimé en 3D par l'entreprise Icon sera livré à la NASA en 2022 pour héberger pendant un an quatre personnes qui étudieront les conditions de vie sur Mars. Crédit : Icon

Les chercheurs ont constaté que leur méthode réduisait la porosité du sol martien qui constitue habituellement un obstacle majeur à la fabrication de briques. « Les bactéries s'infiltrent profondément dans les pores et utilisent leurs propres protéines pour lier les particules entre elles, ce qui réduit la porosité et permet de fabriquer des briques plus solides », explique Aloke Kumar, professeur associé au département d'ingénierie mécanique de l'Indian Institute of Science et co-auteur de l'article.
 
Ces chercheurs ont imaginé ce concept dans le prolongement de leurs travaux antérieurs, qui portaient sur la fabrication de briques dans l'optique d'éventuelles bases lunaires. Avec les roches lunaires l'équipe n'a pu réaliser qu'une forme cylindrique. Les briques martiennes, en revanche, permettent de créer des formes complexes.



Le projet Mars Dune Alpha sera l’habitat extraterrestre simulé le plus fidèle jamais construit par l’humain. Crédit : Icon

L'équipe compte envoyer quelques une de ces briques bactériennes dans l'espace lors d’une future mission de l’ISRO. De cette façon, ils pourront étudier le comportement de ces microbes en microgravité. En attendant ce test en conditions réelles, les chercheurs étudient l'impact de l'atmosphère martienne sur leur invention, en simulant des conditions semblables à celles de Mars dans une chambre étanche en laboratoire.
 
Source: cnetfrance.fr
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 3h47
Coucher de Mars: 15h39
Distance Terre-Mars
223,2 millions de km
 
   
 
 
L’image a été prise par l’appareil photo à bord de Zhurong, peu de temps après son atterrissage sur Mars, mais elle n’avait pas encore été présentée au grand public.
 
 
L'atterrisseur InSight de la NASA ne pourra bientôt plus continuer à sonder l'intérieur de Mars. Ces panneaux solaires recouverts de poussière peinent de plus en plus à l'alimenter en énergie.
 
 
10 jours après avoir capturé l'image d'une étrange ouverture dans la roche, Curiosity récidive en photographiant à nouveau une roche insolite, qui évoque la tige d'une plante fossilisée.
   
 
Le 7 mai 2022, la photo d'une étrange cavité dans la roche capturée par Curiosity a provoqué un raz-de-marée de réactions sur les réseaux sociaux. Des géologues apportent une réponse.
 
 
Depuis le 3 mai 2022, Ingenuity souffre de plusieurs problèmes. La poussière martienne s’est accumulée sur ses panneaux solaires, rendant difficile la recharge de ses batteries.
 
 
Selon l’équipe chinoise, les instruments de Zhurong auraient analysé des minéraux soutenant la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.
   
 
En mai 2022, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a survolé la planète rouge, en collectant des photos mises en ligne par l'Université de l'Arizona.
 
 
Le 7 mai 2022, le rover a capturé une image intrigante qui évoque l'entrée d'une grotte. Elle présente une forme parfaitement rectangulaire, et semble avoir été façonnée par un maçon.
 
 
Présente depuis plus de trois ans sur Mars, la sonde InSight de la NASA a mesuré le 4 mai 2022 le plus grand séisme jamais détecté sur la planète rouge, d'une magnitude supérieure à 5.
 
 
Les scientifiques l’appellent "aurore discrète sinueuse". Cette bande de lumière semblable à un ver illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de Mars.
 
 
Ingenuity a photographié le parachute qui a aidé Perseverance à atterrir sur Mars et la coquille arrière en forme de cône qui protégeait le rover pendant sa descente vers la surface martienne.
 
 
InSight a enregistré ses deux plus grands événements sismiques à ce jour, de magnitude 4,2 et 4,1. Le premier s'est produit de l'autre côté de la planète, à l'opposé de l'atterrisseur.
 
 
Des données collectées par Curiosity renforcent l’hypothèse selon laquelle des lacs ont existé sur Mars. Des traces suggèrent qu’il y aurait eu des systèmes hydrothermaux comme sur Terre.
 
 
Les progrès techniques actuels rendent accessible la colonisation d’autres planètes. Mais est-ce souhaitable ? Le cinéaste Werner Herzog et son fils Rudolph partent en quête de réponses.
 
 
Des météorites récupérées dans la plaine australienne de Nullarbor contenaient des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche.