Atmosphère de Mars

La pression et la composition de l'atmosphère de Mars sont connues depuis 1976 et remontent aux premières analyses effectuées par les sondes Viking. Compte tenu de la faible gravité à la surface de Mars, son atmosphère mesure 11 km de hauteur, soit une fois et demi celle de l'atmosphère terrestre, qui n'est que de 7 km. La pression moyenne de l'atmosphère martienne est de 6,1 hPa (au niveau de référence martien), avec des pressions extrêmes d'à peine 0,3 hPa au sommet d'Olympus Mons, et 11,5 hPa au point le plus bas du bassin d'impact d'Hellas Planitia.
L'atmosphère de Mars est principalement constitué de dioxyde de carbone (95,32%), d'azote (2,7%) et d'argon (1,6%). Il contient également de l'oxygène (0,13%), du monoxyde de carbone (0,07%), du monoxyde d'azote (0,013%) et de la vapeur d'eau (0,03%). Cette dernière se condense parfois en glace pour former des nuages de cristaux comme ceux observés par la sonde Phoenix en août 2008 dans le ciel de Vastitas Borealis (photo ci-dessus).
On observe aussi de tels nuages sur les flancs des grands volcans Tharsis et Elysium Planitia. Divers autres gaz sont présents à l'état de traces, comme le néon, le krypton, le méthanal, le xénon, l'ozone et le méthane. La particularité de l'atmosphère martienne est d'être constamment chargée en poussières, responsables de la teinte ocre du ciel de Mars. Ces poussières sont continuellement injectées dans l'atmosphère par des tourbillons. L'origine des vents qui soulèvent d'importantes quantités de poussières est notamment due à la sublimation des calottes glaciaires. Parfois, de véritables tempêtes de poussières se déclenchent sur toute la surface de Mars, comme celle observée en septembre 2001 par le télescope spatial Hubble (photo ci-dessous).

En 2004, le spectromètre infrarouge de la sonde Mars Express a détecté de faibles concentrations de méthane dans l'atmosphère martienne. Le méthane étant détruit par le rayonnement ultraviolet au bout de 340 ans seulement, sa présence implique l'existence d'une source interne. Plusieurs hypothèses sont plausibles :
- Une activité géothermique profonde.
- Un pergélisol bombardé par le rayonnement cosmique.
- Une forme de vie microbienne méthanogénique.

(heure de Paris)
Lever de Mars: 9h01
Coucher de Mars: 1h05
Distance Terre-Mars
328,8 millions de km
 
   
 
 
Le premier rover chinois sur Mars, Zhurong, est descendu de sa plate-forme d'atterrissage le samedi 22 mai 2021, laissant les premières «empreintes» de la Chine sur la planète rouge.
 
 
Lors de son troisième vol, Ingenuity a été filmé par le rover Perseverance. Les ingénieurs de la NASA ont converti cette performance en 3D, offrant une profondeur inédite au vol.
 
 
La sonde chinoise a atterri le samedi 15 mai 2021 sur Mars pour déployer son rover Zhurong. C'est un triomphe pour les ambitions spatiales de plus en plus audacieuses de la Chine.
   
 
Le 10 mars 2021, la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) a photographié une étrange forme dans des dunes de sable, évoquant la silhouette d'un joueur de football.
 
 
Les preuves de l'activité volcanique récente sur Mars montrent que des éruptions auraient pu avoir lieu au cours des 50000 dernières années, selon un article du chercheur David Horvath.
 
 
Le rover Perseverance a utilisé l'un de ses microphones pour écouter l'hélicoptère Ingenuity le 30 avril 2021, alors qu'il volait sur Mars pour la quatrième fois.
   
 
Une nouvelle étude géochimique suggère qu'une vie microbienne ancienne pourrait encore prospérer sous la surface de la planète rouge.
 
 
Après avoir prouvé que le vol motorisé et contrôlé est possible sur Mars, Ingenuity se lance dans une nouvelle phase d'opération aérienne, pour assister les déplacements de Perseverance.
 
 
Lors de son troisième vol sur Mars le dimanche 25 avril 2021, l'hélicoptère Ingenuity a volé plus vite et plus loin que lors de tous les tests qu'il a subi sur Terre.
 
 
La Chine a nommé le samedi 24 avril 2021 son premier rover sur Mars, baptisé "Zhurong", le dieu du feu dans la mythologie chinoise.
 
 
Ce jeudi 22 avril 2021, Ingenuity réalise son deuxième décollage dans l'atmosphère de Mars. Il s'agit d'un vol un peu plus haut et plus long que le précédent.
 
 
Grâce à Perseverance et son instrument MOXIE, la science fait un pas supplémentaire vers une future exploration humaine de Mars, en convertissant le dioxyde de carbone en oxygène.
 
 
Après le succès de son premier vol, Ingenuity va tenter d'autres manoeuvres. Mais la dernière pourrait lui être fatale. La NASA souhaite tester ses limites, au risque de le voir s'écraser au sol.
 
 
Cette fois-ci, c'est la bonne ! L'hélicoptère Ingenuity tente enfin de décoller depuis la surface de Mars. La NASA diffuse en direct la réception des premières données du vol.
 
 
Alors que le premier vol du petit hélicoptère Ingenuity est imminent sur la planète Mars, la NASA travaille déjà à la conception d’un successeur plus performant.
 
 
Une anomalie s'est produite lors d'un test sur les hélices d'Ingenuity. Initialement prévu le 11 avril 2021, le premier essai de vol sur une autre planète est reporté trois jours plus tard.
 
 
Curiosity vient de prouver que le climat de Mars a connu des alternances de périodes sèches et d'autres plus humides, avant de s'assécher complètement il y a environ 3 milliards d'années.
 
 
Les scientifiques étaient dans l’attente du premier bulletin météo fourni par le rover, afin de connaître les conditions atmosphériques de la planète rouge plus en détail.