Atmosphère de Mars

La pression et la composition de l'atmosphère de Mars sont connues depuis 1976 et remontent aux premières analyses effectuées par les sondes Viking. Compte tenu de la faible gravité à la surface de Mars, son atmosphère mesure 11 km de hauteur, soit une fois et demi celle de l'atmosphère terrestre, qui n'est que de 7 km. La pression moyenne de l'atmosphère martienne est de 6,1 hPa (au niveau de référence martien), avec des pressions extrêmes d'à peine 0,3 hPa au sommet d'Olympus Mons, et 11,5 hPa au point le plus bas du bassin d'impact d'Hellas Planitia.
L'atmosphère de Mars est principalement constitué de dioxyde de carbone (95,32%), d'azote (2,7%) et d'argon (1,6%). Il contient également de l'oxygène (0,13%), du monoxyde de carbone (0,07%), du monoxyde d'azote (0,013%) et de la vapeur d'eau (0,03%). Cette dernière se condense parfois en glace pour former des nuages de cristaux comme ceux observés par la sonde Phoenix en août 2008 dans le ciel de Vastitas Borealis (photo ci-dessus).
On observe aussi de tels nuages sur les flancs des grands volcans Tharsis et Elysium Planitia. Divers autres gaz sont présents à l'état de traces, comme le néon, le krypton, le méthanal, le xénon, l'ozone et le méthane. La particularité de l'atmosphère martienne est d'être constamment chargée en poussières, responsables de la teinte ocre du ciel de Mars. Ces poussières sont continuellement injectées dans l'atmosphère par des tourbillons. L'origine des vents qui soulèvent d'importantes quantités de poussières est notamment due à la sublimation des calottes glaciaires. Parfois, de véritables tempêtes de poussières se déclenchent sur toute la surface de Mars, comme celle observée en septembre 2001 par le télescope spatial Hubble (photo ci-dessous).

En 2004, le spectromètre infrarouge de la sonde Mars Express a détecté de faibles concentrations de méthane dans l'atmosphère martienne. Le méthane étant détruit par le rayonnement ultraviolet au bout de 340 ans seulement, sa présence implique l'existence d'une source interne. Plusieurs hypothèses sont plausibles :
- Une activité géothermique profonde.
- Un pergélisol bombardé par le rayonnement cosmique.
- Une forme de vie microbienne méthanogénique.
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.