L'astrophysicien Francis Rocard rêve d'un retour d'échantillon martien

Francis Rocard, responsable des programmes d’exploration du système solaire au CNES a participé le 7 février 2019 à la journée de l’innovation organisée par l’agence spatiale française à Toulouse. Il y a évoqué les enjeux des missions spatiales.
Quels sont les enjeux scientifiques de l'exploration du système solaire?
Nous nous intéressons à la formation et à l'évolution du système solaire en étudiant tous les objets qui le composent. Certains d'entre eux, comme la planète Mars, les lunes Europe (Jupiter) et Titan (Saturne) suscitent plus d'intérêt depuis une vingtaine d'années pour les questions d'apparition de la vie.
De quels moyens dispose-t-on pour répondre à ces questions?
Le mode opératoire aujourd'hui est universel et se déroule en plusieurs étapes. D'abord, on survole les objets comme l'ont fait les sondes Voyager (actuellement à plus de 18 milliards de kilomètres après 40 ans de voyage). La deuxième étape consiste à se mettre en orbite pour une analyse globale de l'objet (Cassini autour de Saturne, Viking autour de Mars). Ensuite, nous avons besoin d'aller sur le terrain, pour obtenir des informations de la surface ou de récupérer des atomes et des molécules dans l'atmosphère. Enfin, il y a les missions aller-retour pour ramener des échantillons. On en a de la Lune (missions Apollo), de la comète Wild 2 (mission Stardust), on a des échantillons de vents solaires (mission Genesis) et on attend le retour des échantillons de l'astéroïde Ryugu (mission Hayabusa). Mais cela fait 30 ans que les scientifiques attendent un échantillon martien.
Pourquoi est-ce si compliqué?
Ce sont des missions chères et compliquées. Il faut compter 10 milliards d'euros pour une mission de retour d'échantillon martien avec trois tirs de fusées: la première amène un véhicule qui collecte des échantillons sur le sol martien. La deuxième fusée envoie un véhicule pour récupérer les échantillons et les mettre en orbite autour de Mars. Et la troisième fusée envoie un orbiteur pour récupérer les échantillons et les envoyer sur Terre. Si un maillon de la chaîne échoue, toute la mission échoue. Mais cette aventure a déjà commencé, la mission Mars 2020 de la NASA sera cette première étape.
Cela signifie-t-il que les missions habitées ne sont pas un enjeu?
Le timing n'est pas le même, et envoyer des hommes sur Mars est un enjeu politique, pas scientifique. La question de la mission habitée vers Mars se règle au niveau du président et du congrès américain. L'Europe a vocation à participer. Apollo, c'étaient des missions d'une semaine. Pour Mars, il faut compter 900 jours.
Quel intérêt y-a-t-il à aller sur la Lune?
Parce qu'il faut développer des véhicules nouveaux, propres à l'espace lointain. Aller à 400000 km (la Lune), ce n'est pas aller à 400 km (Station spatiale internationale) et c'est encore différent d'aller à 400 millions de km (Mars). Il faut apprendre à opérer une station spatiale en orbite lunaire et apprendre à vivre loin de la Terre. La Lune présente un regain d'intérêt: pour les Etats-Unis qui veulent préparer des missions habitées vers Mars, et pour les nations émergentes comme la Chine qui ont besoin d'un vrai terrain de jeu pour explorer l'espace lointain. Et puis les pôles de la Lune intéressent tout le monde: pour vérifier l'hypothèse du grand bombardement tardif, et pour leurs ressources en eau, car 1 litre d'eau envoyé sur la Lune coûte 12000 dollars.
Quel est votre rêve en tant qu'astrophysicien?
Mon rêve, c'est un retour d'échantillon martien. Il faut arriver à une conclusion sur la question de la vie sur Mars, et ça ne peut se faire qu'avec des analyses en laboratoire, sur Terre. Ce ne sera pas avant 2029 ou 2031, mais dans le spatial, nous sommes très patients, il se passe toujours quelque chose!

Source : ladepeche.fr
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.