Un astéroïde a dessiné une immense tâche sombre au pôle sud de Mars

La caméra embarquée de la sonde spatiale MRO a photographié une gigantesque tâche résultant de l'impact d'un bolide interstellaire qui a heurté la calotte glaciaire du pôle sud de Mars. Si l'on devait accompagner l’impact d’un montage sonore, on entendrait sans doute un immense "SPLASH !".
La formation de ce cratère d'impact, d'une largeur inférieure à un kilomètre, a été provoquée lorsqu'un bolide, tel qu'un météoroïde, un astéroïde ou une comète, a heurté la calotte glaciaire, entre juillet et septembre 2018, rapporte une équipe de scientifiques de l’Université de l'Arizona.
L’empreinte de l’impact a été photographiée depuis le ciel grâce à la caméra High Resolution Imaging Science Experiment (HiRISE), qui se trouve sur la sonde spatiale Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), en orbite autour de la planète rouge depuis 2006. La formation de ce cratère correspond à une explosion violente et à l’éjection de fragments de roches mélangés de gaz et à des gouttes liquides engendrées par la chaleur du phénomène.
De gros fragments projetés en l’air par l’explosion sont retombés sur la surface comme une pluie de projectiles formant sans doute des cratères secondaires à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde. A titre de comparaison, un bolide comme celui-ci tombant sur Paris, par exemple, pourrait non seulement détruire la ville, mais aussi provoquer la formation de cratères secondaires à Reims, Rouen ou Orléans. Ce phénomène rappelle également ce qui se produit sur Terre lors de certaines explosions volcaniques quand du matériau incandescent est projeté tout autour du volcan. De Pompéi au mont Saint-Helens, de nombreux humains en ont hélas fait l’expérience !
Sur Mars, la surface contient de la glace d’eau, comme le permafrost des terres canadiennes ou sibériennes. Les cratères d’impact sont donc entourés d’une couche d’éjection caractéristique, bien différente de ceux qu’on aperçoit sur la surface de la Lune. Lorsque le bolide a frappé la planète rouge, il a perforé la fine couche de glace, puis a projeté du sable noir dans tous les sens. La couleur plus claire qui entoure les éclaboussures pourrait provenir du "dégraissage par les vents de l’onde de choc", expliquent les chercheurs de l’Arizona dans leur communiqué.

Source : lci.fr
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.